Accueil 9 Culture 9 Histoire 9 L’Allemagne va indemniser symboliquement les ex-prisonniers de guerre soviétiques ( Page )

L’Allemagne va indemniser symboliquement les ex-prisonniers de guerre soviétiques

L’Allemagne va indemniser symboliquement, à hauteur de 10 millions d’euros, « les anciens prisonniers de guerre soviétiques » pour les souffrances qu’ils ont subies pendant la Deuxième Guerre mondiale, a-t-on appris mercredi de source parlementaire.

« Sans préjuger d’un devoir légal ou d’une obligation juridique, les anciens prisonniers de guerre soviétiques doivent se voir accorder une somme symbolique synonyme de reconnaissance », est-il écrit dans un compte-rendu des délibérations pour le budget additionnel 2015 qui doit être voté jeudi par le Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand.

Il n’y est pas précisé combien d’anciens prisonniers pourraient être concernés par cette indemnisation.

« Les anciens prisonniers de guerre soviétiques constituent le groupe de victimes du national-socialisme le plus important après celui des victimes juives », a déclaré Hans-Ulrich Krüger, le porte-parole adjoint du groupe social-démocrate au Bundestag pour les questions budgétaires.

Selon lui, les membres de la Commission du Budget du Bundestag étaient unanimes pour considérer qu’une « reconnaissance du traitement des prisonniers de guerre soviétiques comme étant un crime du national-socialisme est justifiée et pour offrir une reconnaissance financière individuelle en guise de réparation ».

Frank-Walter Steinmeier, qui avait lui-même fait une proposition en ce sens en juin 2013, avant de devenir l’actuel ministre allemand des Affaires étrangères, a salué « une bonne initiative de la part du Bundestag », selon les mots de son porte-parole, Martin Schäfer.

A l’occasion des célébrations marquant le 70e anniversaire de la fin de la deuxième Guerre mondiale, le président allemand Joachim Gauck avait rendu hommage aux souffrances des prisonniers de guerre soviétiques.

« Nous devons partir du principe aujourd’hui que sur plus de 5,3 millions de prisonniers de guerre soviétiques, bien plus de la moitié a perdu la vie », avait déclaré le chef de l’Etat allemand.

La mort de ces millions de soldats dans les camps allemands de prisonniers a été « l’un des plus grands crimes de cette guerre », avait-il jugé.

L’Allemagne va indemniser symboliquement les ex-prisonniers de guerre soviétiques

par | 21 Mai 2015 | 0 commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même rubrique…

Vassili Djougachvili (Staline)

Vassili Djougachvili (Staline)

Vassili Djougachvili (Staline), né le 24 mars 1921 à Moscou et mort le 19 mars 1962 à Kazan en URSS, est un lieutenant-général de l’Armée de l’air soviétique, commandant des forces aériennes du district militaire de Moscou en 1948-1952. Il est le fils de Joseph Staline et de sa seconde femme, Nadejda Allilouïeva.

Perestroïka, glasnost… Il y a 30 ans, Gorbatchev ouvrait la boîte de Pandore

Perestroïka, glasnost… Il y a 30 ans, Gorbatchev ouvrait la boîte de Pandore

« Camarades, sans doute avons-nous besoin de réformes. » En arrêtant son cortège dans le centre de Léningrad en mai 1985 pour parler à la foule, Mikhaïl Gorbatchev donne le ton de sa future politique, « glasnost » et « perestroïka », qui finira par lui échapper pour aboutir à l’éclatement de l’URSS.

La Russie célèbre avec fierté les 70 ans de Stalingrad

La Russie célèbre avec fierté les 70 ans de Stalingrad

La Russie a célébré samedi avec fierté les 70 ans de la victoire soviétique dans la bataille de Stalingrad, tournant stratégique majeur de la Seconde Guerre Mondiale et toujours glorifiée par les Russes pour lesquels l’Europe fut alors sauvée du nazisme.

Mathias Rust fier d’avoir atterri près de la Place rouge il y a 25 ans

Mathias Rust fier d’avoir atterri près de la Place rouge il y a 25 ans

L’Allemand Mathias Rust, qui avait stupéfié le monde et humilié l’URSS en se posant en avion à deux pas du Kremlin il y a 25 ans lundi, s’est dit fier, dans un entretien à la presse russe, d’avoir ainsi contribué, selon lui, à « accélérer » les réformes en Union soviétique.