Accueil 9 Prochainement 9 Théâtre 9 « En se couchant, il a raté son lit » d’après les textes de Daniil Harms

« En se couchant, il a raté son lit » d’après les textes de Daniil Harms

Les textes de Daniil Harms sont des petits trésors d’humour, vifs et cruels. Le titre du spectacle en témoigne. Pourtant, si l’on plonge dans la biographie de cet auteur, on ouvre en même temps l’une des pages les plus sombres de l’histoire du XXe siècle.

Poète proche du peintre Kazimir Malevitch et cofondateur de l’Oberiou, dernière organisation littéraire de gauche en Russie soviétique avant l’avènement d’une censure totale, né en 1905 et mort de faim pendant le siège de Leningrad en 1942, Daniil Harms a connu un destin heurté, marqué par la grande confusion de son époque. Harms n’a pas eu le temps de se faire connaître avant de se voir interdire toute publication. Il n’a vu paraître de son vivant que deux courts poèmes (en 1926 et 1927). Réhabilité en URSS en 1956, il reste aujourd’hui méconnu en France, malgré une œuvre étonnante, mêlant le tragicomique à l’absurde, maniant la forme courte – poésie, théâtre et prose –dénonçant, par l’humour et le non-sens, la violence et la monstruosité de son temps.

Lors d’un stage mené il y a deux ans au TGP, les metteurs en scène Lilo Baur, Jean-Yves Ruf et Jean Bellorini avaient choisi ces écrits. Le résultat en quelques jours avait tenu de belles promesses. De ce laboratoire est né le désir de poursuivre le travail et de s’associer. Les saynètes s’enchaînent, très physiques, rythmées, précises. On y voit des chutes, des exactions impunies, des vaudevilles tragiques.

La musicalité de la langue, la truculence des personnages, les répétitions, les accélérés et les ralentis composent l’ensemble en une symphonie cruelle. Le groupe de sept comédiens – belle équipe aux caractères sensibles et rugueux – se jettent à corps perdu dans ce tourbillon de mots. Poètes prêts à en découdre et à combattre l’arbitraire par le rire.

Du 11 au 31 mars 2019
Du lundi au samedi à 20h, le dimanche à 15h30, relâche le mardi
Durée estimée : 1h15 – salle Roger Blin
EN SE COUCHANT, IL A RATÉ SON LIT
D’après les textes de Daniil Harms
Traduction André Markowicz
Mise en scène Lilo Baur et Jean-Yves Ruf
Avec Elissa Alloula, Joan Bellviure, Jean-Christophe Cochard,
Isabel Aimé Gonzales Sola, Laurence Mayor, Vincent Mourlon,
Pierre-Yves Poudou

Lumière Jean Bellorini
Scénographie Laure Pichat
Création son Xavier Jacquot
Costumes Agnès Falque
Assistanat aux costumes Marlène Hervé
Stage à la mise en scène Samantha Pelé

Production Théâtre Gérard Philipe, centre dramatique national de Saint-Denis. Coproduction compagnie Chat
Borgne Théâtre, conventionnée par la DRAC Grand Est. Action financée par la Région Île-de-France.

AUTOUR DU SPECTACLE

– dimanche 17 mars à partir de 12h : brunch au restaurant du théâtre
– dimanche 24 mars : garderie-atelier à 15h30 et rencontre avec l’équipe artistique modérée par Anne-Laure Benharroshà l’issue de la représentation

INFORMATIONS PRATIQUES

– Tarifs : de 6 € à 23 €
Théâtre Gérard Philipe, Centre dramatique national de Saint-Denis
59, boulevard Jules Guesde 93200 Saint-Denis
– Billetterie : 01 48 13 70 00
– Navette retour tous les soirs vers Paris, les jeudis et samedis à Saint-Denis.

« En se couchant, il a raté son lit » d’après les textes de Daniil Harms

par | 26 Fév 2019 | 0 commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

De l’utopie à la liberté : la fin de l’illusion rouge ?

De l’utopie à la liberté : la fin de l’illusion rouge ?

Novembre 1989. Le mur de Berlin vient de s’écrouler. L’Europe occidentale est en effervescence. La société soviétique n’a pas connu pareil séisme depuis la révolution d’octobre 1917. Désormais, rien ne sera plus comme avant.

Non c’est pas ça (Cie Le Grand cerf bleu)

Non c’est pas ça (Cie Le Grand cerf bleu)

Librement imaginée à partir de l’œuvre de Tchekhov, cette Mouette-là s’envole dans de hautes sphères créatives grâce au talent du Grand Cerf Bleu. Une « non-mouette » inspirée, drôle et sensible, révélant tout le potentiel comique insoupçonné de la pièce de Tchekhov, à l’image du titre de cette création.

LA CERISAIE de Anton Tchekhov

LA CERISAIE de Anton Tchekhov

L’ultime chef-d’oeuvre de Tchekhov. Une œuvre somme, car elle dépeint le crépuscule d’un ordre ancien et l’essor d’une nouvelle ère. Une oeuvre phare, car l’écriture de l’auteur russe y atteint sa plénitude, entre gravité et insouciance, amertume et drôlerie.