Russie.net, le web franco-russe

Основан в 1997 году

Accueil > Agenda culturel > Cinéma > Rétrospective Alberto LATTUADA

Rétrospective Alberto LATTUADA

Du 30 janvier au 25 février 2019, Cinémathèque française, Paris

Alberto Lattuada est un réalisateur, scénariste, acteur et producteur italien avec un parcours d’une diversité éblouissante au sein du cinéma italien.

Sa carrière débute avec une série de titres ayant retenu les leçons du néoréalisme tout en se livrant à une hybridation subtile des genres (Sans pitié, Le Bandit).

 

La comédie « à l’italienne » trouve avec lui un maître qui confiera à Alberto Sordi l’un des rôles les plus cruellement drôles de sa carrière (Mafioso), ainsi qu’à Ugo Tognazzi (Venez donc prendre le café chez nous) ou à Adriano Celentano et Sophia Loren (Une bonne planque).

Il manifeste également un goût prononcé pour la littérature russe qu’il adapte parfois : Gogol (Le Manteau), Pouchkine (La Tempête), Tchekhov (La Steppe), Boulgakov (Cœur de chien).

LE MANTEAU (IL CAPPOTTO)
DE ALBERTO LATTUADA
ITALIE/1952/103’/VOSTF/35MM
D’APRÈS UNE NOUVELLE DE NICOLAS GOGOL.
AVEC ANTONELLA LUALDI, YVONNE SANSON, RENATO RASCEL.
Carmine, employé de mairie pauvre et dont le manteau est troué, est la risée de ses collègues. Un jour, ayant surpris des tractations financières mettant en cause le secrétaire de mairie, il reçoit une prime en échange de son silence et peut remplacer son vieux manteau.
me 06 fév 21h30 B
di 17 fév 19h00 B

LA STEPPE (LA STEPPA)
DE ALBERTO LATTUADA
ITALIE-FRANCE/1961/110’/VOSTF/35MM
D’APRÈS UNE NOUVELLE D’ANTON TCHEKHOV.
AVEC CHARLES VANEL, MARINA VLADY, DANIELE SPALLONE.
À la suite de la mort de sa grand-mère, Jogoruska se rend à la ville, chez sa tante, pour y faire des études.
me 20 fév 19h00 A
di 24 fév 16h45 A

LA TEMPÊTE (LA TEMPESTA)
DE ALBERTO LATTUADA
ITALIE-FRANCE/1958/122’/VOSTF/16MM
D’APRÈS UN ROMAN DE ALEXANDRE POUCHKINE.
AVEC SILVANA MANGANO, VAN HEFLIN, VITTORIO GASSMAN.
La révolte de Pougatchev contre Catherine II.
lu 04 fév 21h30 B
di 17 fév 21h15 B

CŒUR DE CHIEN (CUORE DI CANE)
DE ALBERTO LATTUADA
ITALIE/1976/112’/VOSTF/16MM
D’APRÈS UNE NOUVELLE DE MIKHAÏL BOULGAKOV.
AVEC MAX VON SYDOW, MARIO ADORF, COCHI PONZONI.
Un savant génial remplace l’hypophyse d’un chien par celle d’un clochard alcoolique. Le résultat bouleverse l’existence satisfaite et banale du scientifique.
ve 15 fév 19h30 B

Cinémathèque française
51 Rue de Bercy, 75012 Paris
01 71 19 33 33

 

 

 

© dimanche 27 janvier 2019, par Russie.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Dernières brèves

  • La Traversée des Alpes du général Souvorov il y a 220 ans (Divonne-les-Bains)

    La Traversée des Alpes du général Souvorov il y a 220 ans du vendredi 25 au dimanche 27 octobre 2019
    Vendredi 25 octobre à 18h : La traversée des Alpes de Souvorov film documentaire de Tatiana Denisova en russe, sous-titres en français. Durée 50′. Entrée libre.
    Dimanche 27 octobre à 15h : 220 ans de la (...)
    ----------------------
  • Бесплатное кафе для пенсионеров открылось в Москве

    Кафе петербургского благотворительного фонда «Добродомик», где пенсионеры могут бесплатно обедать, заработало 7 октября в Москве на Тушинской улице, 12.
    В ближайшее время, по словам организаторов, будет торжественное открытие, сейчас заведение работает в тестовом режиме. Обедать бесплатно пенсионеры могут с 12.00 до 16.00 по (...)
    ----------------------
  • “Retour à Kotelnitch” et rencontre avec le réalisateur - Jeudi 17 octobre à 20h

    Kotelnitch est une petite ville à 800 kilomètres à l’est de Moscou. L’auteur y est d’abord allé sur les traces d’un prisonnier de guerre hongrois qui avait passé 55 ans, oublié de tous, dans un hôpital psychiatrique.
    Il y est retourné une première fois faire ce qu’il croyait alors être un film (...)
    ----------------------