Accueil 9 Economie / Espace PRO 9 Un groupe public russe veut s’emparer du fabricant de wagons français ABRF

Un groupe public russe veut s’emparer du fabricant de wagons français ABRF

La société publique russe Uralvagonzavod, spécialisée dans les wagons et les chars d’assaut, veut prendre le contrôle de la compagnie française ABRF Industries, a indiqué lundi le patron du groupe russe au quotidien russe Kommersant, une information confirmée par ABRF.

« Je confirme que des négociations sont actuellement en cours », a indiqué à l’AFP Eric Vinassac, pdg d’ABRF Industries (maintenance, transformation et construction de wagons porte-autos, Chateaubriant, Loire-Atlantique), ainsi que de SDHF (maintenance de wagons, Loiret), également concernée par les négociations.

« Nous nous trouvons actuellement dans une phase active de la transaction », a déclaré le directeur général Oleg Sienko à Kommersant, ajoutant que celle-ci pourrait être finalisée d’ici à la fin de l’année.

Uralvagonzavod s’intéresse à « deux segments: la production de wagons et leur maintenance » chez ABRF. Selon Kommersant, la société russe a précisé qu’il s’agissait d’acheter un paquet d’actions à hauteur d’environ 60%, sans préciser de montant. M. Vinassac n’a en revanche pas souhaité commenter cet aspect des négociations.

Joint par l’AFP, Uralvagonzavod s’est refusé à tout commentaire.

Fin 2010, Uralvagonzavod avait déjà racheté la fonderie d’acier française Sambre-et-Meuse, spécialisée dans la fabrication de pièces mécaniques et ferroviaires, pour un montant inconnu.

Cette annonce intervient alors que la compagnie russe de chemins de fer RZD a annoncé envisager de racheter 75% de Gefco, la filiale de transports de voitures de PSA Peugeot Citroën, selon Kommersant.

« Du fait de la crise économique nous avons rencontré des difficultés mais nous sommes un des leaders européens sur le marché des wagons porte-autos », a souligné M. Vinassac pour ABRF.

« Nous exportons 100% de notre production et nos clients sont européens, en particulier allemands. La crise est là mais nous savons qu’en 2014-2015, d’importantes opportunités de ventes vont arriver avec la nécessité de renouveller le parc vieillissant des wagons porte-autos: nous avons donc besoin de renforcer notre assise financière avec un actionnaire solide pour développer notre offre afin d’être au rendez-vous », a-t-il ajouté.

Selon M. Vinassac, ABRF Industrie emploie 200 salariés pour un chiffre d’affaires de « plus de 40 millions d’euros » tandis que SDHF emploie 130 salariés pour un CA de « plus de 11 millions d’euros » (exercice clôt fin juin 2012 non encore publié et non comparable aux exercices précédents qui clôturaient fin février).

M. Vinassac a été nommé le 1er avril 2011 à la tête de la holding AORF qui coiffe ABRF et SDHF, ainsi que pdg d’ABRF et SDHF.

Un groupe public russe veut s’emparer du fabricant de wagons français ABRF

par | 14 Sep 2012 | 0 commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Combien coûtent à la Russie les sanctions occidentales. Les chiffres jouent à cache-cache.

Combien coûtent à la Russie les sanctions occidentales. Les chiffres jouent à cache-cache.

Le quotidien russe Moskovskii Komsomolets (MK) a déjà annoncé le coût des mesures prises en Russie en réponse aux sanctions occidentales imposées au marché alimentaire par les consommateurs russes. Mais des analyses analytiques sont apparues qui nous permettent d’examiner le problème plus largement et de répondre à la question suivante: combien coûtent les sanctions de la Russie?