Accueil 9 Infos 9 Politique 9 Enquête après qu’un manifestant a été frappé par un policier ( Page )

Enquête après qu’un manifestant a été frappé par un policier

Le Comité d’enquête russe a indiqué vendredi avoir ouvert une enquête après la diffusion sur l’internet d’une vidéo montrant une personne se faisant frapper par un policier lors d’une manifestation dimanche à Moscou, qui avait dégénéré en heurts.

Une enquête pour « abus de pouvoir avec recours à la force » a été ouverte afin de déterminer l’identité du policier, est-il indiqué dans un communiqué.

La vidéo montre un policier anti-émeute donnant un violent coup de pied dans le ventre d’une personne, déjà au sol et traînée par plusieurs policiers. Ces images ont indigné la blogosphère, et le Parti communiste (opposition parlementaire) a réclamé l’ouverture d’une enquête.

Elles ont été filmées lors de la « marche des millions » de dimanche, un rassemblement contre l’investiture lundi de Vladimir Poutine à la présidence, qui avait réuni 8.000 personnes selon la police et des dizaines de milliers d’après l’opposition.

La manifestation a dégénéré en heurts lorsque les forces de l’ordre ont voulu la disperser à coups de matraques. Une trentaine de policiers et des dizaines de manifestants ont été blessés.

Deux figures de l’opposition, le blogueur anti-corruption Alexeï Navalny et le leader du Front de gauche Sergueï Oudaltsov, ont alors été interpellés, avec quelque 400 militants de l’opposition.

Depuis, ces deux opposants ont été interpellés à plusieurs reprises, ainsi que des centaines d’autres, pendant des manifestations quotidiennes jugées illégales par la police.

Les organisateurs assurent qu’il s’agit de « promenades » dans le centre-ville de Moscou, aucun slogan politique n’y étant scandé. Jeudi soir, quelques centaines d’opposants se trouvaient ainsi dans un parc de la capitale, Tchistye Proudi.

Lors d’une interview à l’hebdomadaire Afisha, à paraître la semaine prochaine, Dmitri Peskov, le porte-parole de Vladimir Poutine, a dénoncé ces actions.

Il a qualifié « le rassemblement à Tchistye Proudi d’illégal et a promis que la police le dispersera », est-il écrit sur la page Facebook du journal.
Mercredi, MM. Navalny et Oudaltsov ont été condamnés à 15 jours de prison après avoir été arrêtés au cours d’une de ces manifestations.

Jeudi, ils ont en outre été convoqués dans le cadre d’une enquête pour « appel à des troubles massifs » et « violence contre personnes dépositaires de l’autorité publique » lors de la manifestation de dimanche, des délits passibles respectivement de trois et dix ans de détention.

Selon son avocat, M. Navalny a été interrogé en tant que témoin dans cette affaire. L’avocate de M. Oudaltsov a indiqué avoir signé avec son client un document leur interdisant de divulguer le contenu de l’interrogatoire.

Enquête après qu’un manifestant a été frappé par un policier

par | 11 Mai 2012 | 0 commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même rubrique…

Au tribunal, Navalny dénonce la répression et accuse Poutine

Au tribunal, Navalny dénonce la répression et accuse Poutine

Risquant plusieurs années de prison, l’opposant Alexeï Navalny a estimé mardi au tribunal que son affaire visait à faire peur pour mettre fin au mouvement de contestation croissant des Russes, avant de prononcer un réquisitoire contre Vladimir Poutine.

Libérez Navalny et tous les prisonniers politiques en Russie

Libérez Navalny et tous les prisonniers politiques en Russie

Depuis le 17 janvier, Alexeï Navalny est en prison. Comme beaucoup d’opposants russes, il a été arrêté arbitrairement. Depuis plusieurs années, les autorités russes cherchent à le réduire au silence. Pourquoi? Parce qu’il est le principal opposant à Vladimir Poutine et parce qu’il dénonce la corruption du pouvoir.

Les alliés de Navalny assignés à résidence avant les manifestations

Les alliés de Navalny assignés à résidence avant les manifestations

Les autorités russes ont multiplié vendredi les mises en garde et les procédures judiciaires visant les partisans d’Alexeï Navalny, assignant plusieurs d’entre eux à résidence à deux jours d’une nouvelle journée de manifestations pour réclamer la libération de l’opposant.