Russie.net, le web franco-russe

Основан в 1997 году

Accueil > Economie / Espace PRO > Combien coûtent à la Russie les sanctions occidentales. Les chiffres jouent à (...)

Combien coûtent à la Russie les sanctions occidentales. Les chiffres jouent à cache-cache.

Moskovskii Komsomolets

Le quotidien russe Moskovskii Komsomolets (MK) a déjà annoncé le coût des mesures prises en Russie en réponse aux sanctions occidentales imposées au marché alimentaire par les consommateurs russes. Mais des analyses analytiques sont apparues qui nous permettent d’examiner le problème plus largement et de répondre à la question suivante : combien coûtent les sanctions de la Russie ?

Jusqu’à récemment, les sanctions, en tant qu’instrument de pression politique, étaient évaluées politiquement. L’essentiel dans ces évaluations n’était pas des chiffres, mais bien des déclarations selon lesquelles les sanctions sont mauvaises, bien que les inconvénients qu’elles entraînent pour l’économie russe ne soient, d’abord, pas critiques. Deuxièmement, il y a beaucoup de positif. Troisièmement, les dommages causés par les contre-sanctions russes aux économies des pays qui imposent des sanctions à l’encontre de la Fédération de Russie sont proportionnels aux pertes subies par la Russie. Sous chaque élément, il y a une certaine justification, mais il est beaucoup plus intéressant de ne pas utiliser des mots, mais des chiffres.

Une percée relativement récente a eu lieu. Un certain nombre de rapports analytiques sont parus, dont le contenu principal est une évaluation des conséquences des sanctions en chiffres. Bien entendu, des lacunes subsistent, mais l’idée selon laquelle les sanctions changent dans nos vies est devenue beaucoup plus large.

Rappelons que l’embargo russe sur un certain nombre de produits alimentaires adoptés en réponse à des sanctions, selon les économistes russes, nous coûte à chacun de nous 3000 roubles par an, soit 4,8% du coût du panier minimum. Raison : les auteurs ont comparé l’évolution de la consommation, de la production et des prix des produits figurant sur la liste des sanctions en 2018 par rapport à 2013.

Le premier impact sur les sanctions est donc que, étant donné que l’agriculture russe est le principal bénéficiaire des contre-sanctions, nous, tous les consommateurs de produits agricoles, payons de notre poche pour obtenir des contre-sanctions. Allez-y.

L’une des réponses aux sanctions imposées par la Russie est une transition progressive des règlements économiques étrangers entre les dollars et d’autres monnaies. La Russie appelle les autres pays à se défendre ainsi face aux tentatives américaines d’imposer au monde leurs idées sur ce qui est bon et ce qui est mauvais.

Géopolitiquement, le poste est impeccable. Bien qu’en termes de lutte contre les sanctions, il occupe une place délicate. Le bord de cette position est dirigé vers le dollar et les États-Unis. Washington est en effet le principal tirailleur de la politique de sanctions, mais les pays de l’UE imposent également activement des sanctions à la Russie. La Russie propose toutefois de s’éloigner du dollar dans les paiements internationaux, notamment en euros. Si cette idée reçoit une reconnaissance internationale en termes de sanctions, l’une des parties exerçant une pression géopolitique sur la Russie sera renforcée aux dépens de l’autre. Dans ce cas, il conviendrait de rechercher l’intérêt de la Russie dans la mise en œuvre de la formule léniniste sur le « jeu des contradictions inter-impérialistes », qui requiert la haute qualification du ministère russe des Affaires étrangères, qui a récemment pratiqué davantage d’escarmouches verbales que de décisions rentables.

Mais revenons aux chiffres. Bloomberg a estimé à 7,7 milliards de dollars par an les pertes subies par la Russie en évitant le dollar - à partir de mars 2018, date à laquelle la Banque centrale a commencé à se débarrasser activement des actifs en dollars, jusqu’en mars 2019. Le calcul est très simple : si la structure des réserves internationales de la Banque centrale restait inchangée, le volume de ces réserves augmenterait de 3,8% sur l’année. Bien sûr, on pourrait soutenir que si les cours du dollar étaient différents, le résultat serait alors différent. Mais cela nécessite les compétences des spécialistes de la banque centrale pour prendre les bonnes décisions.

L’abandon des réserves en dollars au profit notamment du renminbi, la devise nationale de la Chine (en octobre 2019, la Banque centrale russe représentait environ 70% des réserves mondiales en renminbi) - il s’agit de la géopolitique, qui a un prix économique clair. Et le yuan comporte les mêmes risques de change que le dollar, en particulier du fait que la politique de change de Beijing est l’un des principaux irritants de Washington pendant la guerre commerciale en cours. La Banque de Russie elle-même, qui est caractéristique, a très probablement souscrit aux conclusions de Bloomberg. En tout état de cause, il a repris la reconstitution des réserves au détriment des avoirs en dollars.

Jusqu’à présent, il s’agissait du prix des contre-sanctions. Mais les sanctions elles-mêmes n’ont pas été vaines pour l’économie russe. Outre le secteur bancaire, l’exemple le plus évident est celui des technologies de l’information. L’augmentation de la part des logiciels nationaux dans les marchés publics est un atout ; depuis 2015, elle est passée de 20 à 65%. Le gouvernement a exigé que les plus grandes entreprises d’État dans les années à venir basculent vers "l’utilisation principale" des logiciels nationaux. D’ici 2022, plus de la moitié du logiciel devrait être en russe.

Mais alors que la compétitivité des logiciels domestiques est boiteuse. La Coface* estime que la Russie importe nettement plus de technologies qu’elle n’en exporte : les fournitures technologiques ne représentaient que 0,58% du portefeuille d’exportation en 2017. 46% des importations représentent de l’équipement et des machines, 35%, des solutions intelligentes.

Dans le programme national "économie numérique" sur la substitution des logiciels importés, 5 milliards de roubles ont été investi. Les fabricants russes demandent 70 milliards de roubles en tant que soutien de l’Etat. Les perspectives de croissance du secteur sont donc évidentes, mais sa compétitivité dans un avenir proche peut rester critique.

Bien que des décisions très intéressantes aient été prises dans le cadre des sanctions. Il convient de noter l’intention de la société minière russe d’utiliser la capacité de production inutilisée de l’usine d’aluminium Nadvoitsky en Carélie pour l’extraction de bitcoins. L’entreprise appartenant à Rusal a été mise en veilleuse parce qu’elle se concentrait sur la fourniture d’aluminium aux États-Unis, ce qui était impossible à cause des sanctions. Le projet est prometteur, mais comporte des risques.

En tout état de cause, les sanctions (ainsi que les contre-sanctions) constituent un grave problème pour l’économie russe et pour chacun d’entre nous. Le fait que Moscou ait démontré sa capacité à vivre sous le régime de sanctions et à atténuer son influence sur l’évolution actuelle de la situation ne doit pas entraver leur bonne évaluation. Ils déforment la politique économique qui, en se concentrant sur les tâches de renforcement de la "solidité financière", fait reculer les objectifs d’amélioration de la qualité de la vie.

Les sanctions freinent le développement de la Russie. Plus il agit longtemps, plus notre avenir est pauvre.


* Coface est une société d’assurance-crédit dont la mission est d’aider les entreprises à se développer en assurant le risque d’insolvabilité de leurs clients, et à prendre les décisions de crédit nécessaires pour renforcer leur capacité à vendre sur leurs marchés nationaux et d’exportation.

 

 

© mercredi 6 novembre 2019, par Russie.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Dernières brèves

  • Le métro de Moscou a doublé son prix

    Son programme de construction dépasse 2 milliards de roubles
    La construction du métro de 2011 à 2024 pourrait coûter plus de 2 milliards de roubles au budget de Moscou, selon le programme d’investissement d’adresse (AIP, publié sur le site Web du bureau du maire). Le document décrit les dépenses (...)
    ----------------------
  • La Russie est montée de 3 points dans le classement Doing Business de la Banque Mondiale

    La Russie est montée de 3 points dans le classement Doing Business de la Banque Mondiale, occupant désormais la 28ème place.
    La Russie occupe la 28e place du classement actualisé Doing Business, gagnant trois places par rapport à l’année dernière. Ceci est indiqué dans le rapport de la Banque (...)
    ----------------------
  • Le continent africain est arrivé à Sotchi

    Vladimir Poutine appelé à doubler ses échanges commerciaux avec l’Afrique.
    En cinq ans, le commerce russo-africain a plus que doublé et dépassé les 20 milliards de dollars, mais cela ne suffit pas. Au cours des cinq prochaines années, il devrait au moins être doublé à nouveau. C’est ce qu’a déclaré le (...)
    ----------------------