Accueil 9 Culture 9 Artistes 9 Orchestre Balalaïkas Saint-Georges ( Page )

Orchestre Balalaïkas Saint-Georges

L’aventure musicale de cet ensemble commença en 1993. Reprenant le nom qui par le passé désignait l’orchestre des élèves de l’Institut Saint-Georges établi au Potager du Dauphin à Meudon (un collège et internat tenu autrefois par des pères jésuites pour garçons d’origine russe).

Les jeunes Russes furent nombreux à y faire leurs études et certains s’initièrent à la balalaïka dont la pratique était encouragée et enseignée, notamment pour toute une génération, par Pavel Volochine. Ce fut un réel « petit conservatoire de la balalaïka en France ».

Ancien élève de ce collège, Pétia Jacquet-Pritkoff dirige et compose les arrangements et orchestrations en s’inspirant de mélodies traditionnelles. Ces arrangements mettent en valeur les différents timbres des instruments de l’orchestre.

petia-jacquet-pritkoff.jpg“Deux raisons m’ont motivé dans ce projet. La première a été de recréer un orchestre constitué uniquement de balalaïkas dans l’esprit du premier orchestre de balalaïkas créé il y a plus d’un siècle en Russie par Vassili Vassilievitch Andreev, considéré comme le père de la balalaïka moderne. La deuxième a été de prouver qu’en France il y a encore suffisamment de fous passionnés parmi les descendants d’émigrés russes capables d’offrir leur temps et leur talent pour donner vie ensemble à cette petite page de musique…

Nos aînés qu’on appelait “les russes blancs” contribuèrent à la vie artistique de leur pays d’accueil. Des années vingt jusqu’aux années quatre-vingt Paris connut la vogue des cabarets russes en même temps que de grands orchestres de balalaïkas et d’instruments traditionnels se produisaient en concert : Gladyrewsky, Scriabine, Tchernoyaroff, Streha et plus récemment Evets, Liakhoff, l’Orchestre AOCB, sans oublier Ter Abramov, soliste au style incomparable. Tous contribuèrent à l’histoire de la balalaïka en France.

Dans les années soixante, la valeur des maîtres de la Russie soviétique (tels que Netcheporenko, Chalov, Rojkov et des orchestres comme Ossipov) se fit mieux connaître en Occident. Autant d’exemples ne peuvent, j’espère, qu’encourager les futures générations à aimer cet instrument.

Ces dernières années les changements en Russie ont permis aux membres de l’Orchestre de Saint-Georges de connaître l’immense bonheur de rencontrer en France Alexandre Chalov et Mikhaïl Rojkov dont les arrangements et les disques ont charmé, inspiré et porté tous les balalaïkistes de France durant des décennies.”
— Pétia Jacquet-Pritkoff

PÉTIA JACQUET PRITKOFF

DIRECTEUR MUSICAL ET ARRANGEUR DE L’ORCHESTRE BALALAÏKAS « SAINT-GEORGES »

Pétia Jacquet-Pritkoff, russe par sa mère, issue de l’émigration dite « blanche » de la révolution de 1917, et de père français, découvre la balalaïka à l’Institut Saint-Georges de Meudon où il sera élève durant dix ans. Il étudie la balalaïka auprès de Guéorgui Swistounoff et débute professionnellement sa carrière dans les ballets russes d’Irina Grjebina et au cabaret « Raspoutine » dans l’orchestre de Dima Liakhoff. Il a joué dans de nombreux cabarets et restaurants russes de Paris (Raspoutine, Tsarévitch, A Balalaïka, Chez Ludmila Lopato) et à Zürich (Novapark); il s’est produit en concert dans différentes formations accompagnant ballets et chanteurs (Ivan Rebroff, Iouri, ballets Ygrouchki et ballet Souliko…) dans différents pays (France, USA, Russie, Canada, Scandinavie, Israël, Maroc, Italie, Suisse,
Pays-bas, Allemagne, Belgique, Grande-Bretagne, Grèce …)

Il a participé à des enregistrements dont : « Piccolo, Saxo et Compagnie » version 1990, « Les berceuses du monde » chez Gallimard, « Les Matriochkas de Natacha » avec Katia Tchenko… a participé à des films, téléfilms, dessins animés et émissions de télévision. ( film « La Bûche » de Danielle Thomson; téléfilm « Les lendemains qui chantent »; téléfilm « La traversée du phare » de Thierry Reddler; dessin animé FR3 « Le chat Bayoun »; émissions de télévision de Jacques Martin, Michel Drucker, Patrick Sabatier, Christophe Dechavanne, Frédéric Mitterand, Jean-Pierre Foucault, Pascal Sevran…).

Il a joué dans l’opéra « La Khovantchina » de Moussorgsky à l’Opéra Bastille.

Aujourd’hui, outre l’Orchestre de Saint-Georges, il appartient à la formation Tchaïka, un ensemble de chant et musique russe où il présente avec Macha Apreleff un duo de balalaïka (CD DOM 1099). En 1993, il fonde l’Orchestre Balalaïkas Saint-Georges qu’il dirige depuis. Pétia Jacquet-Pritkoff est aussi compositeur, arrangeur et l’orchestrateur de l’Orchestre St-Georges. Il est professeur de balalaïka au conservatoire russe Serge Rachmaninoff à Paris et anime un atelier d’initiation à la balalaïka au « Potager du Dauphin » à Meudon.

Orchestre Balalaïkas Saint-Georges
Contact: Pétia Jacquet-Pritkoff
+33 1 45 34 52 87
+33 6 23 55 61 33

Orchestre Balalaïkas Saint-Georges

par | 10 Sep 2017 | 0 commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même rubrique…

Spectacle Russe

Spectacle Russe

A travers les danses et chants slaves, vous allez découvrir la véritable culture russe, ses traditions, sa musicalité. Dans notre spectacle nous allons vous dévoiler certains secrets, mystères et stéréotypes.

Bulycheva Veronika

Bulycheva Veronika

Chanter l’Amour est mon oxygène. En Russie, vivant derrière le rideau de fer j’étais assoiffée de découvrir ce qu’il y avait derrière… J’ai toujours voyagé à travers la musique. A Paris, carrefours des cultures, mes rencontres avec des musiciens du monde entier m’ont ouvert d’autres horizons. Je chante le blues pour exprimer la révolte et la liberté. Durant la période communiste le jazz, considéré comme musique diabolique et loisir facile des bourgeois réprouvés, était interdit.

Léontiev Valéry

Léontiev Valéry

Le chanteur pop russe Valery Leontiev est né le 19 mars 1949 à Oust-Ousa en République des Komis, RSFSR, Union soviétique. Au cours d’une carrière de plusieurs décennies, il a enregistré plus de trente albums et en a vendu des millions d’exemplaires.