micha_makarenko.jpg

Cors métalliques, sorte de trompes droites de forme conique, de tailles variables (de 100 mm à 2 m!), ne produisant qu’un son: le plus petit rog, le son le plus aigu, le plus grand, le son le plus grave.

L’ensemble crée en 1751 par lan Marech, maître de chapelle du Prince Narychkine, était capable de jouer des symphonies entières de Haydn ou de Mozart!

Mme de Staël décrit cet orchestre de serfs ainsi: «Sur vingt musiciens, chacun fait entendre une seule et même note, toutes les fois qu’elle revient. Ainsi chacun de ces hommes porte le nom de la note qu’il est chargé d’exécuter. On dit en les voyant passer: Voilà le Sol, le Mi ou le Ré de M. Narychkine».

Des ensembles similaires furent crées à sa suite. Les musiciens étaient soit des serfs, soit des soldats.

Ces cors métalliques étaient en usage aussi chez les gardes-chasses pendant les chasses à courre et servaient alors d’instruments de signal.

Le Rog

par | 19 Sep 2010 | 0 commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même rubrique…

Les Tariélotchki

Les Tariélotchki

Cymbalettes montées en claquettes, sorte de castagnettes métalliques qui sont fixées sur un cadre en bois en forme de diapason à branches.

Les Kouguikly

Les Kouguikly

Comme pour le naï moldave, les kouguikly étaient accordées en introduisant dans les tubes de petits cailloux, des pois ou des graines de maïs et en modifiant l’inclinaison du biseau des ouvertures.

Le Rojok

Le Rojok

Rojok de berger, de guerrier ou de chasseur ou encore trompe des Slaves. Il est fait en bouleau, érable ou genévrier.

La Lira

La Lira

Autre instrument à bourdon, lui aussi pratiquement oublié; c’est une vielle à roue, l’antique organistrum, surtout en usage au XVIe siècle. En Ukraine, elle porte le nom de relia ou rylia, en Biélorussie, de liera.