Accueil 9 Culture 9 Histoire 9 Le « Komsomol » a été créé le 29 octobre 1918

Le « Komsomol » a été créé le 29 octobre 1918

Komsomol (en russe : комсомол) est le nom courant de l’organisation de la jeunesse communiste du Parti communiste de l’Union soviétique fondée en 1918 et disparue en 1991, après la dislocation de l’URSS.

Le nom officiel est « Union des jeunesses léninistes communistes » (en russe : Всесоюзный ленинский коммунистический союз молодёжи, Vsessoïouzny leninski kommounistitseski soïouz molodioji, VLKSM). Le nom est un acronyme de Kommounistitcheski soïouz molodioji (Коммунистический союз молодёжи). Après les pionniers soviétiques, les enfants y entraient à l’âge de 15 ans et pouvaient y rester jusqu’à leurs 28 ans.

La structure de l’organisation était calquée sur celle du Parti communiste de l’Union soviétique (PCUS) dont elle constituait la principale source de recrutement de ses membres. Ainsi le pourcentage de candidats à l’adhésion au parti et qui étaient issus du Komsomol était de 40 % en 1966 et 73 % pour la période 1976-19802.

Au 1er janvier 1981, le Komsomol comptait 40.577.980 membres.

Les membres du Komsomol s’appelaient komsomolets (комсомолец) pour les garçons, et komsomolka (комсомолка) pour les filles.

Le Komsomol a fait partie de la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique fondée en 1945, dont le président fut Iouri Andropov (chef du Comité central du Parti communiste de l’Union soviétique, 1982-1984), successeur de Léonid Brejnev.

Témoignage d’un ancien komsomolets

Vous savez, j’adore ma génération. Nous avons trouvé des disques et des bobines, des cassettes torsadées sur un crayon et nous sommes assis sous un téléphone fixe en attendant un appel; nous nous souvenons également des disquettes et des bandes de film, mais à l’instar des adolescents d’aujourd’hui, nous maîtrisons librement les dernières technologies.

Nous aimons toujours Vysotsky et Magomayev, mais nous ne tombons pas dans l’épilepsie avec les rythmes modernes. De plus, ici nous avons trouvé des «favoris». Nous savons avec certitude que dans ce monde, il n’y aura plus jamais de gens comme Michael Jackson, Queen et Led Zeppelin, et personne n’a jusqu’à présent réussi à nous remplacer par les défunts Belousov, Talkov et Tsoi.

C’est pendant l’enfance que nous avons repassé pendant des heures l’uniforme scolaire et la cravate rouge de l’Union soviétique. Aujourd’hui, nous sommes également inquiets pour les chaussures en daim. Nous ne pouvons jamais comprendre à quel point cela peut être ennuyeux dans la rue, car chacun de nous peut compter des centaines d’amusements «sans rien», des dizaines de jeux de balle, sept choses avec un bâton ordinaire et une boîte de conserve, sans oublier la présence de crayons et autres choses ». la richesse.

Nous parlons avec des citations de livres, de dessins animés et de films, et au fond de nous, nous regardons avec sympathie ceux qui demandent: «D’où vient-il?».
Cela a fonctionné pour nous toute une industrie de studios de cinéma pour enfants, et les meilleurs acteurs étaient capables de chanter, de danser et de représenter nos personnages préférés – si seulement nous grandissions comme des gens normaux!

Nous savons toujours comment être amis et ne pardonnons pas la trahison. Nous nous souvenons encore qu’aimer une personne n’est nullement synonyme du mot « dormir » avec elle. Nous avons survécu à l’effondrement du pays, aux années 90, à quelques crises mondiales et à plusieurs guerriers (surtout nationaux). Nous avons finalement compris que nos parents faisaient tout ce qu’ils pouvaient pour nous. Même si tu n’as rien fait. Nous avons maintenant clairement compris que le «cool» n’est pas un club tous les week-ends, ni des degrés dans un verre, mais un teint en bonne santé, un bon sommeil et des personnes chères à proximité.

Nous avons manuellement dessiné des «champs» dans des cahiers, nous nous sommes battus exclusivement «jusqu’au premier sang» et nous en avons déjà enterré beaucoup. Nous sommes la génération la plus aguerrie et, sans vouloir offenser les autres, la génération la plus progressive. Nous avons eu la chance de naître avant même que la liberté et le droit de choisir aient été retirés aux enfants. Nous sommes habitués à n’écouter personne, à ne pas espérer en personne et à ne rien attendre de personne. Nous, membres du Komsomol des années 70 à 80, avons l’habitude de tout faire nous-mêmes, car personne ne fera mieux que nous.

Le « Komsomol » a été créé le 29 octobre 1918

par | 29 Oct 2019 | 1 commentaire

1 Commentaire

  1. Grandloup74

    Le « Komsomol » a été créé le 29 octobre 1918
    Très beau témoignage de la jeunesse russe qui a compris que les prétendus pays amis de l’ouest ne cherchait qu’à nuire à leur pays et que la Russie ne devrait compter que sur elle même. Ce qu’elle réussit d’ailleurs à faire de façon magistrale à l’heure où l’oxydent s’écroule dans des pantomimes électorales hilarantes et un assassinat des libertés de ses citoyens sous prétexte sanitaire…

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vos commentaires

Dans la même rubrique…

Napoléon en Russie, un envahisseur devenu icône

Napoléon en Russie, un envahisseur devenu icône

Maudit quand il lance la campagne de 1812, Napoléon a été pardonné par les Russes au point d’être considéré 200 ans après sa mort comme une grande figure politique, génie modernisateur et symbole romantique.

Obsèques en Russie de grognards napoléoniens et de soldats tsaristes

Obsèques en Russie de grognards napoléoniens et de soldats tsaristes

Quelque 126 dépouilles découvertes dans une fosse commune entre Smolensk et Moscou ont été enterrées ce samedi avec les honneurs. Les restes de soldats russes et français, tombés lors de la terrible retraite de Russie, ont été inhumés samedi près du champ de la bataille de Viazma, un rare moment d’unité franco-russe l’année du bicentenaire de la mort de Napoléon.

Bessemertny Barak : le souvenir de la répression soviétique

Bessemertny Barak : le souvenir de la répression soviétique

Bessemertny Barak (Бессмертный барак) a pour objectif de répertorier les victimes des répressions soviétiques en présentant l’histoire vivante de chaque personne. Il est de notre responsabilité de nommer chacun par son nom. N’importe qui peut nous aider dans ce projet: préserver la mémoire des proches en ajoutant des souvenirs de famille, des photographies ou des documents.

Galina Djounkovskaïa, héroïne de l’Union soviétique

Galina Djounkovskaïa, héroïne de l’Union soviétique

Galina Ivanovna Djounkovskaïa (en russe : Галина Ивановна Джунковская) est une navigatrice de l’Armée de l’air soviétique du 587 BAP au cours de la Seconde Guerre mondiale. Elle reçoit le titre de Héroïne de l’Union soviétique le 18 août 1945.