micha_makarenko.jpgLes gousli, si elles accompagnaient le plus souvent le chant, se mariaient heureusement avec un instrument très ancien qui n’est guère plus joué de nos jours: le goudok, sorte de rebec, prototype du violon dont la caractéristique essentielle était que l’archet en forme d’arc frottait simultanément trois cordes en boyau. Deux cordes à l’unisson servait de bourdon renforçant le son.

Le chevalet plat permettait ce procédé. Andréïev, aidé de N. Fomine, voulut perfectionner la famille du goudok (goudotchek, goudok, goudilo, goudichtche), mais dut abandonner, l’accord de quarte ne sonnait pas, et celui de quinte aurait rétrogradé le violon.



C’était un instrument au corps évidé, long de 700 à 800 mm, que le goudotchnik tenait sur le genou gauche ou debout contre la poitrine. D’origine asiatique, introduit vers le XIe siècle, il rappelle la gadulka bulgare ou le fidel’.

goudok2.jpg

Une imitation de son timbre est rendue dans le IIIe Acte de Snégourotchka de Rimski et dans le 1er Acte du Prince Igor de Borodine. Son éclipse date du début du XIXe.

Les fouilles archéologiques de Novgorod (1951-1962) ont retrouvé des goudki du XIIe siècle.


Le Goudok

par | 11 Sep 2010 | 0 commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *