micha_makarenko.jpgPour terminer la famille des cordes voici la guitare russifiée par Andréï Sikhra (1773-1850), la guitara, instrument très aimé en Russie, de tout temps.

La guitare que des bas-reliefs hittites représentaient déjà il y a plus de 3000 ans, était connue sous le nom de kettarah par les Assyriens et kithara par les Grecs; elle fut la guiterne médiévale, la guitarra morisca puis latina, la quinterne allemande du XIIIe siècle, la vihuela espagnole de la Renaissance, le bissex de van Hecke (1770), l’arpeggione (1823) et prit différents types: flamenca, jazz, hawaïenne, classique, électrique.

La cinquième corde est due à Vicente Espinel et la sixième à Jacob August Otto en 1790, mais la septième, ajoutée par Sikhra en 1799, accordée en accord parfait (Ré, Sol, Si, Ré, Sol, Si, Ré) était propice à l’accompagnement des chansons russes et romances tsiganes, mais aussi à la transcription de pages entières du « Freischütz » ou de la « Norma ».

Harpiste et guitariste excellent, Sikhra fit adapter un manche à vis qui règle la hauteur et la tension des cordes métalliques, fit construire l’instrument avec deux manches, ajoutant ainsi quatre basses, ou en trois tailles différentes.

Il eut de nombreux élèves. Fernande Sor, venu à Moscou en 1823, subjugué par le jeu de Mikhaïl Vyssotski, voulut cesser de jouer et était prêt à casser sa guitare contre le plancher! Quant à Mark Sokolovski, il fit briller, lui, les nuits moscovites du Yar.

Comment ne pas évoquer Valodia Poliakoff, Aliocha Dimitriévitch, Jeanna Bitchévskaïa, Boulât Okoudjava, Alexandre Dolski, Piotr Léchtchenko, Yul Brinner, Vladimir Vyssotski? tous ces chanteurs qui s’accompagnaient à la « six ou sept cordes » avec des styles si divers et tant de talent!

Que de guitaristes virtuoses, classiques ou tsiganes jouant sur six, sept ou onze cordes en Russie ou dans l’émigration! En France, Ariovsky, Enkis, Tararine, Bagrentzoff, Tchernoyaroff, Trostiansky, Krotkoff, Camps, de Loutchek, Chestopaloff et Vania Nicolaïeff ont perpétué le jeu et sa haute tradition, maintenant le style russe.

La guitara a encore son mot à dire en Russie et ailleurs avant d’être submergée par la guitare électrique. Boccherini, Shubert, Weber, Paganini, Berlioz, tous admirables guitaristes, se seraient-ils penchés sur le berceau de la guitare, tels des Muses, en vain?

De nos jours, ils battraient le tambour et pourquoi pas le bouben. Ce fut Glazounov qui conseilla à Andréïev d’introduire le boubèn dans son orchestre qui admit aussi les lojki, nakry, cymbales, ainsi que le kokochnik et le triangle, instruments à percussion.


La Guitara

par | 11 Sep 2010 | 0 commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même rubrique…

Les Tariélotchki

Les Tariélotchki

Cymbalettes montées en claquettes, sorte de castagnettes métalliques qui sont fixées sur un cadre en bois en forme de diapason à branches.

Les Kouguikly

Les Kouguikly

Comme pour le naï moldave, les kouguikly étaient accordées en introduisant dans les tubes de petits cailloux, des pois ou des graines de maïs et en modifiant l’inclinaison du biseau des ouvertures.

Le Rojok

Le Rojok

Rojok de berger, de guerrier ou de chasseur ou encore trompe des Slaves. Il est fait en bouleau, érable ou genévrier.

Le Rog

Le Rog

Cors métalliques, sorte de trompes droites de forme conique, de tailles variables (de 100 mm à 2 m!), ne produisant qu’un son.

La Lira

La Lira

Autre instrument à bourdon, lui aussi pratiquement oublié; c’est une vielle à roue, l’antique organistrum, surtout en usage au XVIe siècle. En Ukraine, elle porte le nom de relia ou rylia, en Biélorussie, de liera.