Accueil 9 Culture 9 Musique et danse 9 Instruments de musique russes 9 La Garmon’, l’Akkordeone et le Baïane

La Garmon’, l’Akkordeone et le Baïane

micha_makarenko.jpg

Andréïev n’a jamais voulu introduire l’accordéon dans son célèbre orchestre, bien qu’il eut joué à la perfection et depuis tout jeune de la garmochka « tchérépachka », sorte de concertina diatonique. Après sa mort, l’Orchestre Grand-Russien et tous les autres orchestres de type similaire se virent dotés de la famille ou des représentants de la large famille des garmochkas, baïanes et akkordéones.

Garmon’ garmônika, garmôchka, autant de dénominations, quand elles ne sont pas encore spécifiées par leur région, de l’accordéon diatonique à boutons: Toulskié, Kassimovskié, Bologoïskié, Saratovskié, Elétskié, Livénskié, Niévskié, Moskovskié, Sibirskié garmoniki, etc. Un an après sa création, l’accordion, inventé par l’Autrichien C. Dieman, est importé à la foire de Nijni-Novgorod en 1830.

Il va être reconstruit, russifié par Sizov, Tchouikov, Vorontsov, Emilianov. La production sera limitée d’abord à Toula où l’on fabriquait les samovars. Puis, chaque région créera sa propre garmochka en la modifiant quelque peu.

Ainsi naissent les khrômki, les tchérépâchki, etc. D’ultimes améliorations seront ajoutées par Bakanov, Béloborodov, Stériigov, pour donner l’akkordéone à clavier, dont les basses sont à boutons. Son système est du type tiré-poussé pour chaque note différente. Un soufflet en tissu coloré ou en carton fort, des armatures métalliques, des sommiers en bois, des lamelles en alliage, des poignets en cuir, des ornements en argent, marqueterie ou nacre en font un instrument attrayant. Le timbre est bonifié, mais les modes diatoniques en faisaient au début un instrument étranger aux modes russes purs, lydiens, doriens et surtout mixolydiens.

En 1870, le chromatisme est installé. En 1907, Orlanski-Titarenko propose de donner le nom du barde légendaire Boïan à cet accordéon chromatique proche de l’orgue, le baïan, ou baïane, qu’il vient de construire. Il est enrichi à la main droite de quatre octaves et de registres variés; à la main gauche, de six rangées générant cent bassettes à déclenchement et aux accords préparés et il est construit en famille du piccolo à la contrebasse. Glazounov, Ippolitov-Ivanov, Nogaïev, Zolatarev, bon nombre de compositeurs écrivent pour ces instruments et leurs virtuoses concertistes, garmonistes et baïanistes.

Garmonikas russes: de Elets, de Saratov, de Tcherepovets. La musique instrumentale russe, dont les origines sont intimement mêlées aux rites païens des Vieux Slaves puis à l’influence byzantine, prend son essor en Russie kiévienne au Xe siècle. Le peuple russe, si doué musicalement, ne pouvait vivre sans instruments, comme en témoignent bien des documents anciens et tout spécialement cette miniature du Psautier de Khioudov (XIIIe siècle). L’étude que l’on vient de lire a voulu mettre en lumière une richesse trop peu connue.

Cette tradition musicale, à la fois artisanale et artistique, s’est considérablement enrichie au cours des siècles et, aujourd’hui encore, elle constitue un vivant témoignage de la valeur de cette création populaire ou de ce folklore. On peut même dire que cet art musical du peuple russe tout comme l’artisanat instrumental qu’il implique, constituent un irrécusable témoignage de son riche passé.

Il a semblé éclairant d’en dresser un tableau quelque peu détaillé sinon exhaustif pour mieux en faire connaître la richesse, la variété et l’originalité. Car, s’il n’est pas question de réduire l’art musical russe à sa composante populaire, il ne faudrait pas sous-estimer l’importance et la qualité de cette source majeure de la tradition artistique de la Russie d’hier et d’aujourd’hui.

La Garmon’, l’Akkordeone et le Baïane

par | 11 Mai 2011 | 1 commentaire

1 Commentaire

  1. Joël

    La Garmon’, l’Akkordeone et le Baïane
    Je possède un accordeon russe marron nacré et rouge nacré métallique donné en Grèce par un prisonnier russe à un soldat italien accordéonniste qui me l’a donné à son tour.Il porte la marque suivante:
    Kyodhb (?)
    Connaissez-vous l’origine de cet instrument et son lieu de fabrication??
    Pourquoi vient-il de grèce?
    Merci

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même rubrique…

Les Tariélotchki

Les Tariélotchki

Cymbalettes montées en claquettes, sorte de castagnettes métalliques qui sont fixées sur un cadre en bois en forme de diapason à branches.

Les Kouguikly

Les Kouguikly

Comme pour le naï moldave, les kouguikly étaient accordées en introduisant dans les tubes de petits cailloux, des pois ou des graines de maïs et en modifiant l’inclinaison du biseau des ouvertures.

Le Rojok

Le Rojok

Rojok de berger, de guerrier ou de chasseur ou encore trompe des Slaves. Il est fait en bouleau, érable ou genévrier.

Le Rog

Le Rog

Cors métalliques, sorte de trompes droites de forme conique, de tailles variables (de 100 mm à 2 m!), ne produisant qu’un son.

La Lira

La Lira

Autre instrument à bourdon, lui aussi pratiquement oublié; c’est une vielle à roue, l’antique organistrum, surtout en usage au XVIe siècle. En Ukraine, elle porte le nom de relia ou rylia, en Biélorussie, de liera.