Accueil 9 Infos 9 Politique 9 L’opposition russe dénonce des pressions visant à inculper ses leaders ( Page )

L’opposition russe dénonce des pressions visant à inculper ses leaders

L’opposition russe a dénoncé lundi des pressions des enquêteurs visant à obtenir des témoignages à charge contre ses leaders pour de présumés appels aux troubles lors de manifestations contre le pouvoir de Vladimir Poutine.

« Nous avons déposé une plainte au Comité d’enquête concernant des pressions sur les personnes interpellées pour arracher des témoignages », a écrit sur Twitter Alexeï Navalny,l’une des figures de proue du mouvement de contestation.

« Les enquêteurs essayent de rassembler des preuves falsifiées pour inculper illégalement les leaders de l’opposition », selon M. Navalny.
Un autre opposant, le journaliste Sergueï Parkhomenko, convoqué lundi au Comité d’enquête, a affirmé après cet interrogatoire que les questions visaient selon lui à permettre d’inculper M. Navalny.

« Il est clair que le principal centre d’intérêt des enquêteurs est Navalny, Navalny et encore Navalny », a écrit M. Parkhomenko sur un blog hébergé par le site de la radio Echo de Moscou.

L’avocat d’un manifestant poursuivi pour trouble à l’ordre public, Farit Mourtazine, a de son côté affirmé que son client avait été menacé d’une peine maximale s’il ne témoignait pas à charge contre M. Navalny.

« On l’a menacé d’une condamnation maximale s’il n’admettait pas connaître Alexeï Navalny et l’avoir entendu lancer un appel aux troubles », a-t-il dit, cité par l’agence Interfax.

Alexeï Navalny, un leader anti-corruption connu aussi pour ses accents nationalistes, a prononcé les discours les plus enflammés lors de certaines manifestations qui avaient suivi les législatives du 4 décembre.

« Nous sommes déjà assez nombreux pour prendre d’assaut la Maison blanche (siège du gouvernement, ndlr) mais nous ne le ferons pas pour l’instant », avait ainsi lancé M. Navalny devant un rassemblement immense au centre de Moscou le 24 décembre.

Les législatives avaient été remportées avec près de 50% des voix par le parti au pouvoir Russie Unie au prix de fraudes massives selon l’opposition, qui a également dénoncé des manquements lors de la présidentielle de mars remportée par Vladimir Poutine.

Le 6 mai, à la veille de son investiture au Kremlin, une manifestation d’opposition avait été marquée par des violences à Moscou, la police frappant les manifestants avec des matraques et interpellant des centaines de personnes, dont des leaders de l’opposition.

Depuis, treize manifestants ont été inculpés pour « troubles à l’ordre public » et « usage de la force contre des représentants du pouvoir », selon l’agence Itar-Tass, qui précise que douze d’entre eux sont actuellement détenus et une assignée à résidence.

Par ailleurs, des perquisitions ont été menées le 11 juin au bureau de l’association anticorruption Rospil d’Alexeï Navalny et au domicile d’autres leaders de l’opposition, Boris Nemtsov, Ilia Iachine et Ksenia Sobtchak. Tous ont été par la suite convoqués pour des interrogatoires.

Lundi, Alexeï Navalny a néanmoins été élu au conseil d’administration de la première compagnie aérienne de Russie, Aeroflot, détenue à plus de 51,17% par l’Etat russe.

Sa candidature avait été proposée par la banque du milliardaire russe opposé au Kremlin, Alexandre Lebedev, la Banque nationale de réserve, qui détient près de 15% d’Aeroflot.

L’opposition russe dénonce des pressions visant à inculper ses leaders

par | 28 Juin 2012 | 0 commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même rubrique…

Au tribunal, Navalny dénonce la répression et accuse Poutine

Au tribunal, Navalny dénonce la répression et accuse Poutine

Risquant plusieurs années de prison, l’opposant Alexeï Navalny a estimé mardi au tribunal que son affaire visait à faire peur pour mettre fin au mouvement de contestation croissant des Russes, avant de prononcer un réquisitoire contre Vladimir Poutine.

Libérez Navalny et tous les prisonniers politiques en Russie

Libérez Navalny et tous les prisonniers politiques en Russie

Depuis le 17 janvier, Alexeï Navalny est en prison. Comme beaucoup d’opposants russes, il a été arrêté arbitrairement. Depuis plusieurs années, les autorités russes cherchent à le réduire au silence. Pourquoi? Parce qu’il est le principal opposant à Vladimir Poutine et parce qu’il dénonce la corruption du pouvoir.

Les alliés de Navalny assignés à résidence avant les manifestations

Les alliés de Navalny assignés à résidence avant les manifestations

Les autorités russes ont multiplié vendredi les mises en garde et les procédures judiciaires visant les partisans d’Alexeï Navalny, assignant plusieurs d’entre eux à résidence à deux jours d’une nouvelle journée de manifestations pour réclamer la libération de l’opposant.