Accueil 9 Prochainement 9 Théâtre 9 « Je veux voir Mioussov » de Valentin Kataïev

« Je veux voir Mioussov » de Valentin Kataïev

Usurpation d’identité pour de la peinture blanche. Et après ça on dit que les fonctionnaires n’aiment pas les histoires.

Pour faire signer un bon de commande, en temps et en heure, au camarade Mioussov, Zaïtsev est obligé de mentir sur son identité. C’est pour lui le début des ennuis.

Zaïtsev, un homme sain d’esprit et de bonne volonté, arrive à la maison de repos « Les Tournesols » et veut voir Mioussov pour une signature. Rien de plus simple au prime abord.

mioussov.jpg

Celui-ci, honorable fonctionnaire et habitué des lieux, devrait se reposer tranquillement dans sa chambre selon sa routine dominicale. Malheureusement, rien ne se passe comme prévu.

Victime de la complexité administrative, Zaïtsev est obligé de mentir pour entrer dans l’établissement. Il n’imagine pas alors qu’il vient de mettre le pied dans un engrenage de quiproquos dont il ne sortira pas indemne.

Pour ne rien arranger, cette manie de vouloir voir Mioussov se propage comme un virus dans la clinique, et celui-ci, terrorisé, se cache d’autant plus.

La pelote de laine s’emmêle, les situations ubuesques s’enchaînent et la folie fait gentiment son nid dans la tête de nos personnages.

Valentin Kataïev

valentin-kataiev.jpgValentin Petrovitch Kataïev (en russe : Валентин Петрович Катаев), né le 16 janvier 1897 à Odessa (Empire russe, aujourd’hui en Ukraine) et mort le 12 avril 1986 à Moscou (Union soviétique), est un écrivain soviétique, auteur principalement de romans et de pièces de théâtre. Son art de traiter de manière ironique, mais légère et sans critique politique, lui permit de toujours rester « bien en cour » et de faire une brillante carrière d’homme de lettres soviétique. Son talent, son don d’imagination, sa sensibilité et son originalité lui ont assuré une place remarquée.

En Europe occidentale, Valentin Kataïev n’est connu que par une de ses pièces de théâtre, Je veux voir Mioussov, une comédie qui présente de manière légèrement ironique, mais surtout d’un comique débridé et sans prétention, les lourdeurs de l’administration soviétique. La version française de cette pièce a connu un grand succès.

Il commença à écrire des nouvelles en 1916. En 1920, il travailla comme journaliste à Kharkiv.

En 1922, il s’installe à Moscou où il travaille à partir de 1923 dans le quotidien du syndicat des cheminots Goudok et collabore parallélement avec d’autres périodiques, signant ses écrits avec les pseudonymes Vieux Sabakkine, O. Twist, Mitrophane Gortchitsa.

Son roman Les Gaspilleurs (Rastratchiki, 1926) est l’histoire picaresque de deux aventuriers dans la tradition de Gogol.

Il fut rédacteur en chef de la revue Jeunesse de 1955 à 1961.

JE VEUX VOIR MIOUSSOV
Comédie – Durée 1h20
10 octobre > 19 décembre
Jeudi 21h

De Valentin Kataïev
Compagnie Amri Théâtre
Mise en scène Céline Lessage & Steven Drévillon
Avec Céline Lessage Gilles Rouillet Maï Sarlabous Maryanne Kovacs Pascale Aoudé Steven Drévillon Thomas Meurgey Yann Amri.

Le Théo-Théâtre
20 Rue Théodore Deck, 75015 Paris
01 45 54 00 16

Métro ligne 12 : M° Convention ou M° Porte de Versailles
Métro ligne 8 : M° Boucicaut
Bus : 80 – 62 – 39 – Tram N°3



« Je veux voir Mioussov » de Valentin Kataïev

par | 22 Sep 2019 | 0 commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même rubrique…

Non c’est pas ça (Cie Le Grand cerf bleu)

Non c’est pas ça (Cie Le Grand cerf bleu)

Librement imaginée à partir de l’œuvre de Tchekhov, cette Mouette-là s’envole dans de hautes sphères créatives grâce au talent du Grand Cerf Bleu. Une « non-mouette » inspirée, drôle et sensible, révélant tout le potentiel comique insoupçonné de la pièce de Tchekhov, à l’image du titre de cette création.

LA CERISAIE de Anton Tchekhov

LA CERISAIE de Anton Tchekhov

L’ultime chef-d’oeuvre de Tchekhov. Une œuvre somme, car elle dépeint le crépuscule d’un ordre ancien et l’essor d’une nouvelle ère. Une oeuvre phare, car l’écriture de l’auteur russe y atteint sa plénitude, entre gravité et insouciance, amertume et drôlerie.