Accueil 9 Culture 9 Littérature russe 9 Décès de Véronique Lossky, spécialiste de la littérature russe

Décès de Véronique Lossky, spécialiste de la littérature russe

Véronique Lossky est décédée samedi 17 mars à Paris, à l’âge de 87 ans, tandis que battait son plein le salon du livre de Paris dont le pays invité était la Russie.

C’est à ce pays, ou plus exactement à sa littérature, qu’elle avait consacré la majeure partie de sa vie. Ce choix professionnel découlait de ses inclinations, de ses études, mais aussi de ses racines familiales.

A l’automne 1922, parti de Petrograd, le « bateau des philosophes » emmenait vers l’exil plus de 150 personnes, la fine fleur de l’intelligentsia russe : hommes de science, écrivains, philosophes, expulsés sur l’ordre de Lénine en tant qu’éléments hostiles, voire nuisibles, à l’Etat soviétique. Parmi eux se trouvait le théologien orthodoxe Vladimir Lossky (1903-1958), futur beau-père de Véronique.

Chassés manu militari, dépouillés de leurs biens, ces expulsés ne furent autorisés à emporter que quelques vêtements. Pas d’argent ni de livres. Plusieurs d’entre eux vinrent grossir les rangs de la diaspora russe en France, dont les membres se comptaient déjà en dizaines de milliers.

Ainsi naquit un milieu unique, littéralement saturé de culture : écoles, églises, conservatoires de musique, maisons d’édition, qui, malgré les inévitables conflits internes, œuvraient tous à un but commun, conserver la culture russe dans l’espoir de la « restituer » un jour à la patrie. On y comptait plusieurs écrivains de premier rang dont Ivan Bounine, Gaïto Gazdanov, Nina Berberova, ou encore Marina Tsvetaeva.

Véronique Lossky
Née à Paris dans une famille russe de la première émigration, grand-père prêtre orthodoxe. Professeur émérite à l’Université de Paris IV-Sorbonne, littéraire.

Formée en russe et slavistique, dans sa famille puis au lycée russe de Paris, à la Sorbonne et à Oxford (Angleterre) ;

Mariée au père Nicolas Lossky, mère de famille, 4 enfants, dont André Lossky, professeur de théologie.

Agrégée de russe, docteur en lettres, spécialisée dans les études sur la poésie russe moderne et l’émigration russe en France, auteur de plusieurs ouvrages et de nombreux articles : sur Marina Tsvetaeva , Anna Akhmatova,la poésie russe l’émigration russe en France, la vie orthodoxe dans la diaspora, la place de la femme dans l’église orthodoxe, la famille etc.

Organisatrice de colloques universitaires. Participation à des ouvrages collectifs dont un en cours (Dictionnaire biographique de l’émigration russe en France de 1920 à 2000, vol. 1 paru en 2008), traductions diverses romanesques (de l’anglais) ou littéraires (en russe et en français), auteur d’ouvrages publiés en Russie en Europe, en Angleterre, aux Etats unis, activités littéraires et paroissiales diverses.

Décès de Véronique Lossky, spécialiste de la littérature russe

par | 18 Mar 2018 | 0 commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même rubrique…

Alexandre Sergueievitch Pouchkine est né le 6 juin 1799

Alexandre Sergueievitch Pouchkine est né le 6 juin 1799

Alexandre Sergueievitch Pouchkine est né à Moscou le 6 juin 1799. Le père du poète, Serge Pouchkine, lieutenant de la Garde Impériale, épouse Nadine HANIBAL, petite fille d’Abraham Hanibal, fils de prince Ethiopien qui fut offert à Pierre LE GRAND. Abraham Hanibal termine sa carrière comme général en chef de l’armée impériale.

Maximilian Volochine

Maximilian Volochine

Maximilian Alexandrovitch Volochine, né le 28 mai 1877 à Kiev, est un poète russe, traducteur du français, peintre et critique littéraire.

Boris Akounine (Борис Акунин)

Boris Akounine (Борис Акунин)

Boris Akounine, pseudonyme de Grigori Chalvovitch Tchkhartichvili, est né le 20 mai 1956 à Zestafoni, en Géorgie, alors une république de l’Union soviétique.

Abramov Fédor

Abramov Fédor

Fédor Abramov (né le 29 février 1920 – mort le 14 mai 1983) est un écrivain et critique littéraire soviétique russe dont l’œuvre décrit les conditions de vie difficiles de la classe paysanne soviétique, ce qui l’a amené, notamment, à être réprimandé par les autorités soviétiques.