Accueil 9 Culture 9 Cinéma 9 « Chers Camarades » – un film de Andreï Konchalovsky ( Page )

« Chers Camarades » – un film de Andreï Konchalovsky

AU CINÉMA LE 1ER SEPTEMBRE 2021
Russie / 2020 / Noir & blanc / 2.39 / 120 min

SYNOPSIS

Une ville de province dans le sud de l’URSS en 1962. Lioudmila est une fonctionnaire farouchement dévouée au Parti Communiste. Sa fille décide de participer à la grève d’une usine locale et les événements prennent une tournure tragique. Les autorités dissimulent la violence de la répression. Lioudmila se lance alors dans une quête éperdue à la recherche de sa fille disparue.

NOTE DU RÉALISATEUR

Le processus de réalisation de films sur les années 1960 devient de plus en plus le processus de restauration de l’authenticité historique de l’époque, une tâche assez difficile en soi. Récemment, nous avons tous vu beaucoup de films où les années 60, 70 et 80 du XXe siècle ont l’air fausses et artificielles, sans aucune ressemblance avec les films soviétiques réalisés à l’époque, comme Quand passent les cigognes ou La Ballade du soldat. Mon but était donc de reproduire scrupuleusement et dans les moindres détails l’époque de l’URSS des années 60. Je pense que les Soviétiques de l’après-guerre, ceux qui ont combattu pendant la Seconde Guerre mondiale jusqu’à la victoire, méritent d’avoir un film qui rende hommage à leur pureté et à la dissonance tragique qui a suivi la prise de conscience de la différence entre les idéaux communistes et la réalité qui les entourait.

ANDREI KONCHALOVSKY Réalisateur, scénariste, producteur

AUTOUR DU FILM

Le film Chers camarades! est basé sur une histoire vraie qui s’est passée les 1er et 2 juin 1962 à Novocherkassk et qui a été gardée secrète jusque dans les années 90. La première enquête officielle n’a été ouverte que 30 ans plus tard, en 1992.

En juin 1992, Youri Bagrayev, qui était alors assistant du procureur militaire en chef, a été désigné comme chef de l’équipe des enquêteurs dont le but était de clarifier les raisons et les circonstances des personnes ayant trouvé la mort lors des événements de Novocherkassk. Ils avaient également pour mission de localiser les corps. À cette époque, il était l’un des enquêteurs les plus expérimentés et les plus respectés du pays. L’objectif de l’enquête était de déterminer les raisons et les circonstances des événements et de faire une évaluation juridique des mesures que les fonctionnaires avaient prises. L’affaire a été classée en septembre 1994. Les principaux coupables étant morts à cette époque, ils n’ont jamais été condamnés.

60 ans après le massacre de Novocherkassk, le général de division de la justice Youri Bagrayev a joué le rôle de consultant dans le processus d’écriture du scénario du film. Même au stade du scénario, Andrei Konchalovsky réfléchissait aux moyens de parvenir à une perception spéciale et particulière du film. Le réalisateur s’efforçait de se rapprocher le plus possible de l’image des films soviétiques de cette époque, aussi a-t-il été décidé dès le début de le tourner en noir et blanc, avec un format 1:33 commun aux films de l’époque. Dès le début du projet, Andrei Konchalovsky a eu pour principe de ne pas utiliser d’acteurs russes connus dans le film : cela irait à l’encontre du but de créer l’authenticité des années 60 soviétiques. Le réalisateur pensait que cela n’était possible que si les visages des acteurs n’étaient pas immédiatement associés aux grandes productions modernes.

Bien que le reste de la distribution soit composé en grande partie de talents non formés, le rôle principal du film a été interprété par l’actrice professionnelle Julia Vysotskaya. La recherche de talents a été effectuée par deux équipes de casting ayant des objectifs très différents. La première équipe a suivi la voie traditionnelle et a auditionné des acteurs de théâtre russes peu connus du grand public. La seconde équipe a adopté la méthode du casting de rue et, pendant quelques mois, a cherché des talents non formés parmi les travailleurs de l’usine d’électromoteurs de Novocherkassk et les résidents locaux des régions de Novocherkassk, Rostov et Adygea.

Le scénario du film est basé sur les véritables événements du massacre de Novocherkassk en 1962, constitué donc de nombreuses personnalités historiques en tant que personnages. Andrei Konchalovsky a insisté pour que les acteurs représentant les hauts dirigeants du Parti aient un visage parfaitement identique à leurs prototypes historiques. Une autre particularité du projet était que les acteurs de fond avaient également leur propre casting en grandeur nature. Dans les scènes complexes d’émeute et de massacre, le réalisateur s’est soucié de chaque visage que la caméra pouvait potentiellement capturer.

Compte tenu de sa spécificité historique, les parties extérieures du film devaient à l’origine être tournées à Novocherkassk et dans les environs. Le tournage principal a commencé le 25 juin 2019 sur le territoire du complexe olympique Loujniki à Moscou, où un grand ensemble de la place principale de Novocherkassk a été construit. Le tournage s’est terminé le 19 septembre 2019 dans un studio de tournage “Mosfilm“, où une partie des intérieurs avait été construite.

La tâche la plus difficile de la phase de pré-production a été de trouver un lieu approprié pour le tournage du massacre de Novocherkassk : le plan du réalisateur était de recréer méticuleusement les véritables événements qui se sont produits ce jour-là sur la place de la ville. La place centrale de Novocherkassk, ainsi que le palais Ataman qui était le siège du parti communiste à l’époque, ont une architecture très spécifique. Dans les années qui ont suivi la tragédie, la vraie place a été en grande partie reconstruite, ce qui la rend inutilisable pour le film. Après de longues recherches, il a été décidé de construire un ensemble à l’échelle 1:1 du palais Ataman dans l’une des allées centrales du complexe olympique Loujniki à Moscou, une zone suffisamment grande pour un tournage et équipée d’une infrastructure adéquate pour accueillir un grand nombre de figurants.

Les scènes extérieures ont été principalement tournées à Novocherkassk et dans la région de Rostov. En particulier, Novocherkassk a accueilli les épisodes de piquets de grève des travailleurs et de la grève de masse à l’usine d’électromoteurs de Novocherkassk, qui ont préparé le terrain pour les événements tragiques qui se sont déroulés. L’équipe a également réussi à trouver des lieux dans les régions de Moscou et de Toula. L’intérieur de l’appartement du personnage principal a été construit dans un studio de tournage du “Mosfilm“, car il était nécessaire d’aménager l’espace pour le tournage multi-caméras tout en conservant l’aspect proportionné d’un appartement typique des années 1960. La méthode de tournage multi-caméras, utilisée par Andrei Konchalovsky sur ses quatre derniers projets, a été réalisée pour ce film par le directeur de la photographie Andrei Naidenov.

ANDREI KONCHALOVSKY

Andrei Konchalovsky

Scénariste, producteur et directeur de cinéma et de théâtre, Andrei Konchalovsky a étudié au Conservatoire de Moscou et a ensuite été diplômé du programme de mise en scène du VGIK sous la direction de Mikhail Romm. Konchalovsky a travaillé avec succès dans le cinéma et la télévision, ainsi qu’au théâtre et à l’opéra.

En 1962, le tout premier court métrage du réalisateur a remporté le Lion de bronze à l’IFF de Venise. Depuis lors, les productions cinématographiques, télévisuelles et théâtrales de Konchalovsky ont été primées aux festivals de Venise, de Cannes et de Saint-Sébastien, et ont reçu des prix lors des cérémonies des “Emmy“, des “Oscars“, de “Lawrence Olivier“ et de nombreuses autres manifestations cinématographiques et théâtrales.

En 2014, son film Les Nuits blanches du facteur a remporté le Lion d’argent pour la meilleure réalisation au 71e Festival international du film de Venise. Le film raconte l’histoire vraie d’un vrai facteur de village, Alexey Tryapitsin, qui vit dans un village russe isolé au bord d’un lac. En 2016, Paradise d’Andrei Konchalovsky a également reçu un Lion d’argent pour la meilleure réalisation au 73e Festival international du film de Venise. Paradise est l’histoire de trois individus dont les chemins se sont croisés dans le chaos et la destruction de la Seconde Guerre mondiale.

Le 27 octobre 2019, le Festival international du film de Rome a organisé une projection du nouveau film du réalisateur, Michel Ange, qui a été présenté comme un événement spécial lors de la cérémonie de clôture du festival.

DISTRIBUTION

  • Lioudmila JULIA VYSOTSKAYA
  • Loginov VLADISLAV KOMAROV
  • Victor ANDREI GUSEV
  • Svetka YULIA BUROVA
  • Père de Lioudmila SERGEI ERLISH

LISTE TECHNIQUE

  • Réalisateur ANDREI KONCHALOVSKY
  • Scénaristes ANDREI KONCHALOVSKY & ELENA KISELEVA
  • Producteur général ALISHER USMANOV
  • Producteur exécutif OLESYA GIDRAT
  • Producteur ANDREI KONCHALOVSKY
  • Directeur de la photographie ANDREY NAIDENOV, RGC
  • Montage SERGEI TARASKIN & KAROLINA MACIEJEWSKA
  • Décors IRINA OCHINA
  • Costumes KONSTANTIN MAZUR
  • Son POLINA VOLYNKINA
  • Mixage ARTUR AGADZHANYAN
  • Maquillage GALINA PONOMAREVA & ELENA DMITRIYENKO
  • Casting ELINA TERNYAEVA
  • Société de production ANDREI KONCHALOVSKY STUDIOS

Avec le soutien de
ALISHER USMANOV “Art, Science and Sport” Charity Foundation
Ministère de la Culture de la Fédération de Russie
Russia 1 TV Channel

« Chers Camarades » – un film de Andreï Konchalovsky

par | 27 Août 2021 | 0 commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même rubrique…