Accueil 9 Infos 9 Politique 9 Libérez Navalny et tous les prisonniers politiques en Russie

Libérez Navalny et tous les prisonniers politiques en Russie

Depuis le 17 janvier, Alexeï Navalny est en prison. Comme beaucoup d’opposants russes, il a été arrêté arbitrairement. Depuis plusieurs années, les autorités russes cherchent à le réduire au silence. Pourquoi? Parce qu’il est le principal opposant à Vladimir Poutine et parce qu’il dénonce la corruption du pouvoir.

Cet acharnement des autorités russes contre les voix contestataires doit cesser. Samedi dernier, la police russe a arrêté plus de 3 650 manifestants pacifiques. Nous serons aussi rassemblés ce dimanche pour demander leur libération.


Mobilisons-nous, rendez-vous dimanche!

En attendant, vous pouvez agir depuis chez vous :

– 4 choses urgentes à faire pour Alexeï Navalny : https://bit.ly/3ci5lzr
– Signer la pétition en ligne : https://bit.ly/3r0v1F6

Universitaires, journalistes, responsables politiques… André Gattolin, Sergei Guriev, Thomas Piketty, Ekaterina Zhuravskaya, Nicolas Tenzer, Alexander Shen, Marie Mendras, Galia Ackerman et Natalia Gevorkyan, plusieurs personnalités françaises et russes appellent à libérer Alexeï Navalny et les prisonniers politiques en Russie.

Le rassemblement à Paris pour la libération d’Alexeï Navalny et de tous les prisonniers politiques en Russie aura lieu ce dimanche 31/01 à 12h, en solidarité avec les manifestants russes, à côté du Centre Pompidou (Place Edmond Michelet).

Infos : https://fb.me/e/TJanVDxX

Libérez Navalny et tous les prisonniers politiques en Russie

par | 29 Jan 2021 | 0 commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même rubrique…

Au tribunal, Navalny dénonce la répression et accuse Poutine

Au tribunal, Navalny dénonce la répression et accuse Poutine

Risquant plusieurs années de prison, l’opposant Alexeï Navalny a estimé mardi au tribunal que son affaire visait à faire peur pour mettre fin au mouvement de contestation croissant des Russes, avant de prononcer un réquisitoire contre Vladimir Poutine.