Accueil 9 Infos 9 Politique 9 Le médecin qui a soigné Alexeï Navalny décède d’une crise cardiaque

Le médecin qui a soigné Alexeï Navalny décède d’une crise cardiaque

Sergueï Maximishin, le médecin qui a soigné Alexeï Navalny à l’hôpital d’Omsk après sa tentative d’empoisonnement en août dernier, est décédé d’une crise cardiaque.

Un décès au milieu d’une affaire hautement politique. Jeudi, l’hôpital d’Omsk a annoncé le «décès soudain» de Sergueï Valentinovich Maximishin, chef adjoint du service d’anesthésie et de réanimation, à l’âge de 55 ans. Le médecin est un de ceux qui ont traité en août dernier Alexeï Navalny, admis après avoir fait un malaise dans un avion, conséquence d’une tentative d’empoisonnement selon les analyses réalisées par les médecins allemands qui l’ont par la suite soigné.

L’opposant russe avait été plongé dans un coma artificiel à Omsk, avant d’être transféré à l’hôpital de la Charité, à Berlin. Leonid Volkov, le directeur de cabinet d’Alexeï Navalny a déclaré à CNN ne pas «éliminer la piste criminelle» pour expliquer la mort du médecin qui, selon lui, «connaissait mieux que quiconque l’état de santé d’Alexeï». «Mais le système de santé russe est très pauvre et ce n’est pas rare que des médecins de son âge meurent soudainement. Je doute qu’il y ait une enquête sur sa mort», a-t-il ajouté.

Sergueï Maximishin travaillait à l’hôpital d’Omsk depuis 28 ans, a précisé Alexander Murakhovsky, ancien directeur de l’établissement hospitalier, promu cet automne ministre de la Santé de la région. Peu après le malaise et l’hospitalisation d’Alexeï Navalny, Alexander Murakhovsky avait nié la piste de l’empoisonnement, rapidement évoquée par l’entourage de l’opposant et visant directement le Kremlin.

Un nouveau procès ce vendredi

Ce vendredi, un nouveau procès s’est ouvert contre Alexeï Navalny, accusé de diffamation. Il est reproché au militant d’avoir diffusé des informations «mensongères» et «injurieuses» envers un vétéran de la Seconde guerre mondiale, qui avait défendu Vladimir Poutine dans un spot de campagne pour le référendum de l’été dernier. Alexeï Navalny avait qualifié tous les participants d’une vidéo, dont l’ancien militaire, de «hontes de la Nation» et de «traîtres». Il risque une lourde amende voire une peine de prison.

Revenu le mois dernier en Russie après son hospitalisation et sa convalescence en Allemagne, Alexeï Navalny a rapidement été arrêté. Mardi, il a été condamné à deux ans et huit mois de prison pour avoir, en quittant la Russie pour être soigné, enfreint un contrôle judiciaire auquel il avait été astreint en 2014. Une peine de prison qui a pour but de le faire taire, assure-t-il, et qui a suscité plusieurs manifestations dans le pays. Mais la police russe a vivement réprimé les protestations et procédé à plus de 10 000 arrestations.

Le cas Navalny doit être évoqué ce vendredi, lors d’une rencontre entre le chef de la diplomatie de l’Union européenne Josep Borrell et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Le nouveau président américain Joe Biden a demandé la libération d’Alexeï Navalny et a livré un discours combatif à l’égard de la Russie, bien loin de la complaisance de son prédécesseur Donald Trump. «C’est une rhétorique très agressive et pas constructive, nous le regrettons», a déclaré Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin.

Le médecin qui a soigné Alexeï Navalny décède d’une crise cardiaque

par | 5 Fév 2021 | 0 commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même rubrique…

Poutine promulgue la loi excluant des opposants des élections

Poutine promulgue la loi excluant des opposants des élections

Vladimir Poutine a promulgué vendredi la loi interdisant aux collaborateurs d’organisations « extrémistes » de participer aux élections, une mesure décriée par l’opposition qui y voit un moyen de la neutraliser avant les législatives de septembre.