Accueil 9 Infos 9 Politique 9 La télévision d’Etat russe moque l’enquête sur le « palais de Poutine » ( Page )

La télévision d’Etat russe moque l’enquête sur le « palais de Poutine »

La télévision d’Etat russe a réfuté vendredi une populaire enquête, diffusée sur internet, de l’opposant emprisonné Alexeï Navalny, assurant qu’il n’y avait aucun luxe dans l’immense « palais » dont il accuse le président Vladimir Poutine de bénéficier.

La télévision d’Etat russe a réfuté vendredi une populaire enquête, diffusée sur internet, de l’opposant emprisonné Alexeï Navalny, assurant qu’il n’y avait aucun luxe dans l’immense « palais » dont il accuse le président Vladimir Poutine de bénéficier.

Les chaînes publiques russes, qui n’accordent en général aucune couverture à Alexeï Navalny ou à ses activités, réagissent ainsi au succès de cette longue enquête diffusée après l’arrestation de l’opposant le 17 janvier et qui affiche plus de 100 millions de vues sur YouTube.


Les télés reprenaient vendredi des images tournées par Mash, une populaire chaîne Telegram, présentées comme ayant été tournées sur les lieux de la résidence mise en cause par M. Navalny, et qui la montre encore en construction et bien loin du faste et de l’opulence décrite par l’opposant.

M. Navalny en avait publié des vues depuis un drone, des représentations d’artiste imaginant le luxe intérieur et des plans d’architecte.

La vidéo de Mash montre par exemple la pièce décrite par Alexeï Navalny comme un salon à chicha encore pleine d’équipements de construction. Et ce qui était présenté comme une « discothèque aquatique » est présenté comme une fontaine vide.

« Et bien, tout le luxe qui est supposé être à l’intérieur de cet immense bâtiment n’y est pas, et c’est parce que tout le bâtiment est simplement un grand chantier », a déclaré le présentateur de la chaîne d’Etat Rossiya 24 en diffusant les images de Mash.

Mais comme le relève Maria Pevtchikh, qui dirige l’équipe d’Alexeï Navalny chargée des enquêtes anticorruption, l’opposant disait dans sa vidéo que le palais avait dû être remis en chantier en raison de défaut graves de construction, en particulier d’humidité et de moisissure.

Vue de Google Earth :
palais-poutine-02.jpg

« Mash a confirmé ce que nous avons écrit à propos des travaux de réparation et de la moisissure. Merci, bien entendu, mais nous le savions déjà », a-t-elle écrit.

Vladimir Poutine a démenti être le bénéficiaire de ce palais situé sur les rives de la mer Noire.

La vidéo de Mash et la couverture télévisée qui en est faite interviennent à deux jours de nouvelles manifestations à l’appel de l’équipe de M. Navalny dans toute la Russie, une semaine après de premiers rassemblements ayant débouché sur plus de 4.000 interpellations.

La télévision d’Etat russe moque l’enquête sur le « palais de Poutine »

par | 29 Jan 2021 | 0 commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même rubrique…

Au tribunal, Navalny dénonce la répression et accuse Poutine

Au tribunal, Navalny dénonce la répression et accuse Poutine

Risquant plusieurs années de prison, l’opposant Alexeï Navalny a estimé mardi au tribunal que son affaire visait à faire peur pour mettre fin au mouvement de contestation croissant des Russes, avant de prononcer un réquisitoire contre Vladimir Poutine.

Libérez Navalny et tous les prisonniers politiques en Russie

Libérez Navalny et tous les prisonniers politiques en Russie

Depuis le 17 janvier, Alexeï Navalny est en prison. Comme beaucoup d’opposants russes, il a été arrêté arbitrairement. Depuis plusieurs années, les autorités russes cherchent à le réduire au silence. Pourquoi? Parce qu’il est le principal opposant à Vladimir Poutine et parce qu’il dénonce la corruption du pouvoir.

Les alliés de Navalny assignés à résidence avant les manifestations

Les alliés de Navalny assignés à résidence avant les manifestations

Les autorités russes ont multiplié vendredi les mises en garde et les procédures judiciaires visant les partisans d’Alexeï Navalny, assignant plusieurs d’entre eux à résidence à deux jours d’une nouvelle journée de manifestations pour réclamer la libération de l’opposant.