Accueil 9 Culture 9 Livres 9 Ils ont tué le tsar… Les bourreaux racontent (Nicolas Ross) ( Page )

Ils ont tué le tsar… Les bourreaux racontent (Nicolas Ross)

Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918 mourraient Nicolas II et sa famille à Ekaterinbourg, dans la maison de l’ingénieur Ipatiev, où ils étaient détenus depuis le 30 avril.

Contrairement à ce qu’on a pu croire, les exécutants et les complices de cet assassinat ont beaucoup parlé et beaucoup écrit, mais sous le sceau d’un secret bien gardé jusqu’aux dernières années de l’existence de l’URSS.

Avant de donner la parole aux acteurs de ces événements, Nicolas Ross revient sur le massacre de la famille impériale, la disparition puis la réapparition de ses restes. Ce court récit facilite la lecture des seize témoignages qui suivent.

Quatre des gardes rouges de la maison de l’ingénieur Ipatiev avaient été retrouvés et interrogés par les enquêteurs blancs dès 1918-1919, et leurs dépositions constituent les premiers documents publiés.

En 1919 également fut rédigée par Iakov Iourovski, le dernier commandant de la maison Ipatiev et principal acteur de l’exécution de ses occupants, sa célèbre Note, qui ne fut révélée qu’en 1989 et qui connut rapidement une résonance internationale. Après Iourovski, d’autres participants livrèrent leurs confidences, restées secrètes jusqu’à la fin du pouvoir communiste en Russie. Leurs témoignages sont ici aussi publiés.

Les récits des assassins du tsar et leurs complices dévoilent aussi leur vie d’avant la révolution de 1917, leurs combats durant la guerre civile, jusqu’à la tragédie d’Ekaterinbourg. Ils y étaient tous volontaires et ont accompli leur mission en connaissance de cause. Leur personnalité et leur biographie éclairent leurs actions et leurs motivations. C’est pourquoi Nicolas Ross a veillé à rendre compréhensibles les documents livrés ici, en replaçant biographiquement chaque protagoniste.

En plus du récit de l’exécution de la famille impériale, ces textes dévoilent l’atmosphère lourde et éprouvante des derniers jours de Nicolas II et des siens. Ils illustrent, par ailleurs, le projet des dirigeants bolcheviques, qui avaient entrepris d’exterminer tous les Romanov. Il fallait, par ce sang, sceller une Russie du futur totalement coupée de ses racines historiques.

nicolas-ross.jpgNicolas Ross est docteur en histoire. Spécialiste de l’histoire russe, a publié aux Editions des Syrtes : Aux sources de l’émigration russe blanche (2011), Saint Alexandre-Nevski, centre spirituel de l’émigration russe (2011), La Crimée blanche du Général Wrangel (2014), Koutiepov (2016), et De Koutiepov à Miller (2017) dans la collection « Mémoire de l’émigration blanche ».

Date de parution : 24/05/2018
Editeur : Syrtes (Editions des)
ISBN : 978-2-940523-72-6
EAN : 9782940523726
Dimensions : 14,2 cm × 22,5 cm × 1,7 cm
256 pages
Prix : 20,00 €

Ils ont tué le tsar… Les bourreaux racontent (Nicolas Ross)

par | 20 Mai 2018 | 0 commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vème édition du Salon Russkaya Literatura

Vème édition du Salon Russkaya Literatura

Cette cinquième édition du Salon Russkaya Literatura sera l’occasion de faire le tour d’horizon de toutes ces tendances du moment. Pour nous éclairer, nous avons invité quelques-uns des meilleurs dramaturges, metteurs en scène et poètes russes contemporains.

La terreur rouge en Russie (1918-1924) de Sergueï Melgounov

La terreur rouge en Russie (1918-1924) de Sergueï Melgounov

Témoin des atrocités commises par les bolcheviks pendant les premières années ayant suivi le coup d’Etat d’octobre 1917, Sergueï Melgounov était persuadé que son devoir d’historien était de rassembler des documents sur la « terreur rouge ».

Journal (1867) d’Anna DOSTOÏEVSKI

Journal (1867) d’Anna DOSTOÏEVSKI

Le Journal constitue, par sa constante véracité, un document unique sur la vie d’un couple. Torturé, malade, inquiet, puéril dans ses entêtements, haïssable dans ses mesquineries, Dostoïevski est là, extraordinairement vivant et proche.