Accueil 9 Culture 9 Histoire 9 Des héros de la Seconde Guerre qui n’ont sans doute jamais existé ( Page )

Des héros de la Seconde Guerre qui n’ont sans doute jamais existé

C’était une des histoires les plus glorieuses de l’Armée rouge pendant la Seconde Guerre mondiale, le sacrifice d’un groupe de soldats face aux nazis. C’est désormais un film à succès, « Les 28 de Panfilov », mais aussi une polémique puisque cet épisode n’a peut-être jamais eu lieu.

Le film, sorti dans plus d’un millier de salles, raconte l’histoire de soldats pendant l’hiver 1941 qui n’hésitent pas à se sacrifier pour empêcher les troupes nazies de marcher sur Moscou.

L’acte de bravoure de ces « 28 hommes de Panfilov » –du nom du général Ivan Panfilov, commandant la division à laquelle ils appartenaient–, est depuis des décennies inscrit dans les manuels scolaires.

Or une enquête, conduite dès 1948 par les autorités soviétiques mais dont les conclusions ne sont connues que depuis peu, a révélé que les actes des soldats avaient été largement exagérés par la propagande.

Les 28 hommes de Panfilov sont un « mythe », a résumé le directeur des Archives nationales Sergueï Mironenko qui a révélé les conclusions de l’enquête, s’attirant immédiatement les foudres du ministre de la Culture Vladimir Medinski.

Les historiens « essaient de briser les fondements de notre foi en des choses qui sont gravées dans la pierre et sacrées », a dénoncé le ministre à la télévision.

Une légende sacrée

« Même si cette histoire a été inventée du début à la fin, il s’agit d’une légende sacrée, tout simplement intouchable », a-t-il insisté ensuite auprès de l’agence de presse RIA Novosti. « Ceux qui (la critiquent) sont les pires gens au monde ».

Peu après la révélation des conclusions de l’enquête, le directeur des Archives nationales avait présenté sa démission. Une décision prise de son plein gré, affirme celui qui était resté à son poste pendant plus de 20 ans.

S’il admet que le 16 novembre 1941, d’intenses combats contre les nazis ont bien eu lieu et causé la mort de plus de cent soldats soviétiques, qui se jetaient parfois sous les tanks de leurs ennemis pour les faire exploser, Sergueï Mironenko persiste et signe: l’enquête dit bien que l’histoire des 28 héros a été « inventée ».

« Le problème avec le régime soviétique, c’est que les héros fabriqués de toutes pièces sont plus importants que les véritables héros », ajoute-t-il.

Plusieurs historiens sont venus à son secours, dont Andreï Issaïev, spécialiste de la Seconde guerre mondiale, qui assure également que l’histoire des 28 hommes de Panfilov n’a « aucun fondement ».

Légende et guide moral

Le film, subventionné à hauteur de 30 millions de roubles (435.000 euros) par le ministère de la Culture, a également réussi à financer un cinquième de son budget grâce à une campagne de récolte de fonds sur internet.

Lors du premier week-end suivant sa sortie, il a récolté plus de 154 millions de roubles (2,23 millions d’euros) et à Moscou, où une rue porte le nom des 28 hommes de Panfilov, les cinémas ne désemplissent pas dix jours après sa sortie.

Ces dernières années, le pays renouant avec la tradition des films patriotiques de l’époque soviétique, plusieurs films de guerre ont été produits: en 2015, « Bataille pour Sébastopol » a rapporté plus de 6,5 millions d’euros, et « Stalingrad » a raflé près de 23,5 millions d’euros.

L’équipe du film « Les 28 de Panfilov » assure s’être assurée de la véracité des événements en faisant appel à la Société de l’Histoire militaire russe, une institution fondée par Vladimir Poutine.

Son président, Vladislav Kononov, qualifie l’épisode de « légende » et de « guide moral » pour les générations russes, tout en admettant qu’il est « possible qu’ils n’étaient pas 28 et qu’ils ne sont pas tous morts ».

« Mais le fait qu’ils ont eu énormément de courage et d’endurance ne peut pas être remis en cause », a-t-il aussitôt ajouté. « Laissons l’Histoire aux historiens ».

Des héros de la Seconde Guerre qui n’ont sans doute jamais existé

par | 5 Déc 2016 | 0 commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même rubrique…

Vassili Djougachvili (Staline)

Vassili Djougachvili (Staline)

Vassili Djougachvili (Staline), né le 24 mars 1921 à Moscou et mort le 19 mars 1962 à Kazan en URSS, est un lieutenant-général de l’Armée de l’air soviétique, commandant des forces aériennes du district militaire de Moscou en 1948-1952. Il est le fils de Joseph Staline et de sa seconde femme, Nadejda Allilouïeva.

Perestroïka, glasnost… Il y a 30 ans, Gorbatchev ouvrait la boîte de Pandore

Perestroïka, glasnost… Il y a 30 ans, Gorbatchev ouvrait la boîte de Pandore

« Camarades, sans doute avons-nous besoin de réformes. » En arrêtant son cortège dans le centre de Léningrad en mai 1985 pour parler à la foule, Mikhaïl Gorbatchev donne le ton de sa future politique, « glasnost » et « perestroïka », qui finira par lui échapper pour aboutir à l’éclatement de l’URSS.

La Russie célèbre avec fierté les 70 ans de Stalingrad

La Russie célèbre avec fierté les 70 ans de Stalingrad

La Russie a célébré samedi avec fierté les 70 ans de la victoire soviétique dans la bataille de Stalingrad, tournant stratégique majeur de la Seconde Guerre Mondiale et toujours glorifiée par les Russes pour lesquels l’Europe fut alors sauvée du nazisme.

Mathias Rust fier d’avoir atterri près de la Place rouge il y a 25 ans

Mathias Rust fier d’avoir atterri près de la Place rouge il y a 25 ans

L’Allemand Mathias Rust, qui avait stupéfié le monde et humilié l’URSS en se posant en avion à deux pas du Kremlin il y a 25 ans lundi, s’est dit fier, dans un entretien à la presse russe, d’avoir ainsi contribué, selon lui, à « accélérer » les réformes en Union soviétique.