Accueil 9 Prochainement 9 Théâtre 9 DYPTIQUE La fin de l’homme rouge & Dix histoires au milieu de nulle part ( Page )

DYPTIQUE La fin de l’homme rouge & Dix histoires au milieu de nulle part

Svetlana Alexievitch, Prix Nobel de littérature 2015, écrit à partir d’interviews de femmes et d’hommes de tous âges et de toutes conditions sociales, russes et biélorusses ayant vécu ou non l’ère soviétique.

Dans ce magnifique requiem, elle réinvente une forme littéraire polyphonique, singulière, qui fait résonner les voix de centaines de témoins : des humiliés et des offensés, des gens de bien, d’autres moins biens, des enthousiastes de la perestroïka ahuris devant le capitalisme triomphant et, aujourd’hui, des citoyens résistant à l’instauration de nouvelles dictatures ou se revendiquant de ces dictatures.

La Fin de l’homme rouge ou le temps du désenchantement, créé en 2015 et re-créé en 2017, traite de l’effondrement de l’Union soviétique : le communisme avait un projet insensé, transformer l’homme ancien, le vieil Adam. Et cela a marché. En soixante-dix ans et quelques, on a créé dans le laboratoire du marxisme-léninisme un type d’homme particulier « l’Homo Sovieticus ».

Cet « homme rouge » était condamné à disparaître avec l’implosion de l’Union soviétique qui, malgré les millions de morts, ne fut suivi d’aucun procès de Nuremberg.

Cette re-création sera interprétée par de jeunes acteurs issus de l’Académie de Limoges (Promotion Anton Kouznetsov), avec lesquels j’ai créé en 2013 Les Sacrifiées, de Laurent Gaudé et, en 2016, Tchernobyl forever d’après les Carnets de voyage d’Alain-Gilles Bastide et La Supplication de Svetlana Alexievitch.

Dix histoires au milieu de nulle part, qui sera créé en 2017, raconte la vie de femmes et d’hommes dans la Russie et la Biélorussie d’aujourd’hui, sous l’ère de Vladimir Poutine et d’Alexandre Loukachenko.

Je travaillerai à partir de plusieurs témoignages :
– sur un amour impossible entre une arménienne et un azerbaïdjanais,
– sur la difficulté de la vie des travailleurs tadjiks à Moscou,
– sur les questionnements des jeunesses russes et biélorusses.

Adaptation et mise en scène Stéphanie Loïk.

Distribution

Adaptation et mise en scène : Stéphanie Loïk
Création lumière : Gérard Gillot
Création musicale, chef de chœur : Jacques Labarrière
Chants russes : Véra Ermakova
Assistante à la mise en scène et régie son : Ariane Blaise
Assistant Compagnie : Igor Oberg
Film : Jean-Christophe Leforestier
Compagnonnage : Françoise Dô (sous réserves)
Conception graphique : Alice Fournier
Photographies : Guillaume Herbaut
Avec :
Vladimir Barbera
Denis Boyer
Véra Ermakova
Aurore James
Guillaume Laloux
Elsa Ritter

DYPTIQUE La fin de l’homme rouge & Dix histoires au milieu de nulle part

par | 19 Nov 2017 | 0 commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même rubrique…

Tarkovski, le corps du poète (JULIEN GAILLARD – SIMON DELÉTANG)

Tarkovski, le corps du poète (JULIEN GAILLARD – SIMON DELÉTANG)

Cette pièce est inspirée de la vie et de l’oeuvre du cinéaste russe Andreï Tarkovski, d’après Andrei Tarkovski d’Antoine de Baecque, ou encore le Journal qu’a tenu le cinéaste de 1970 à 1986. Andreï Tarkovski sera interprété par Stanislas Nordey.