Accueil 9 Culture 9 Livres 9 Apollinaria, une passion russe ( Page )

Apollinaria, une passion russe

Janvier 1861, université de Pétersbourg : la jeune Apollinaria Souslova, fille d’un serf émancipé et qui rêve d’écrire, s’éprend de Fédor Dostoïevski. S’ensuit une passion charnelle et orageuse. L’écrivain est marié et Apollinaria part seule pour Paris. Mais n’étreint-on pas toujours ceux qui nous échappent ?

Des cafés de la bohème parisienne aux villes d’eau allemandes, voici le roman aussi envoûtant que méconnu de celle qui inspira les plus grandes héroïnes de Dostoïevski, et qui dessine le portrait intime et ambigu de l’auteur de Crime et châtiment.

Capucine Motte
Capucine Motte est née en 1971 en Belgique. Elle a été avocate à New York et à Paris, mais aussi galeriste. Elle vit à Paris. Elle est l’auteur d’un premier roman, La Vraie Vie des jolies filles, paru chez Lattès en 2010.

Apollinaria – Une passion russe
de Capucine Motte
Editions JC LATTÈS
ISBN : 978-2-7096-3631-5.

Apollinaria, une passion russe

par | 26 Sep 2014 | 0 commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vème édition du Salon Russkaya Literatura

Vème édition du Salon Russkaya Literatura

Cette cinquième édition du Salon Russkaya Literatura sera l’occasion de faire le tour d’horizon de toutes ces tendances du moment. Pour nous éclairer, nous avons invité quelques-uns des meilleurs dramaturges, metteurs en scène et poètes russes contemporains.

La terreur rouge en Russie (1918-1924) de Sergueï Melgounov

La terreur rouge en Russie (1918-1924) de Sergueï Melgounov

Témoin des atrocités commises par les bolcheviks pendant les premières années ayant suivi le coup d’Etat d’octobre 1917, Sergueï Melgounov était persuadé que son devoir d’historien était de rassembler des documents sur la « terreur rouge ».

Journal (1867) d’Anna DOSTOÏEVSKI

Journal (1867) d’Anna DOSTOÏEVSKI

Le Journal constitue, par sa constante véracité, un document unique sur la vie d’un couple. Torturé, malade, inquiet, puéril dans ses entêtements, haïssable dans ses mesquineries, Dostoïevski est là, extraordinairement vivant et proche.